×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Dossiers

    Dossier Transports

    Aérien: Les alliances menacent-elles la concurrence?
    Par L'Economiste | Edition N°:510 Le 19/05/1999 | Partager

    · L'offre des services s'élargit, mais le risque d'attente augmente
    · Deux méga-réseaux quadrillent le monde: Star Alliance et Oneworld


    A la fièvre des fusions qui s'est emparée ces derniers temps de la plupart des secteurs industriels d'envergure planétaire, les compagnies aériennes, elles, préfèrent pour l'instant de simples fiançailles sans franchir le pas du mariage. Dans un domaine où les entreprises font parfois office d'"Affaires Etrangères" de leur pays respectif, chaque transporteur tient manifestement à son indépendance "stratégique". Du coup, les compagnies multiplient des alliances pour mieux quadriller le marché, avec l'objectif de contrôler le trafic dans les zones à forte densité, dans la fameuse triade Asie-Europe-Amérique notamment. La dernière en date est le "Oneworld", une alliance où sont associées American Airlines, British Airways, Canadian Airlines, Cathay Pacific Airways et Qantas Airways (Australie). La compagnie finlandaise, Finnair vient de se joindre au club. Le concurrent direct de Oneworld est la "Star Alliance" constituée de huit compagnies: Air Canada, United Airlines, Lufthansa, SAS, Thai Airways, Varig, Ansett Australia et Air New Zeland. Ces alliances obéissent à une logique industrielle. Il ne s'agit pas seulement d'échanges de participations croisées, mais d'exploitation en partage de codes des lignes (code-sharing), et de l'harmonisation des programmes de fidélisation des clients et des systèmes de réservation.
    Même si elles finissent par apporter leur onction, les autorités de réglementation de la concurrence aux Etats-Unis et en Europe se méfient de la constitution de ces réseaux en raison du risque d'altération des règles du jeu concurrentiel qu'ils recèlent. Ce n'est pas par hasard que la Commission Européenne avait greffé une kyrielle de conditions avant de valider l'alliance entre Lufthansa-United Airlines d'une part et, d'autre part, British Airways-American Airlines. Ce réseau contrôlerait à lui seul 60% du trafic sur le très juteux axe Nord-Atlantique au départ de l'Europe. Pour préserver les conditions d'équité et de concurrence, les compagnies membres de cette alliance s'étaient engagées à rétrocéder 267 créneaux horaires à Londres et geler leurs fréquences vers la capitale britannique et les villes de Chicago, Dallas et Miami pendant au moins un semestre.
    Rien ne garantit que deux ou plusieurs compagnies exploitant une desserte en code-sharing ne puissent pas s'entendre sur la politique tarifaire, même tacitement. Et c'est cela le plus grand risque pour le client, même si en contrepartie, ce dernier élargit son éventail des possibilités de connexion et de prestations.


    Fusion virtuelle en Amérique


    Aux Etats-Unis, le phénomène des réseaux se duplique à l'intérieur de vaste marché. Les six majors américains concluent deux à deux des accords commerciaux que les experts assimilent pratiquement à des fusions virtuelles. L'astuce, parfaitement légale, a pour objectif de contourner le veto probable des autorités antitrust à toute opération de regroupement. Northwest et Continental, US Airways et American Airlines ont déjà conclu des alliances stratégiques, alors que United Airlines et Delta devraient également signer. Les partenaires s'engagent sur la coordination de leur réseau et la fusion des systèmes de fidélisation de la clientèle. Ce n'est que dans des cas très exceptionnels que ces accords intègrent également le partage de codes de vols.

    Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc