×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier Enseignement

Enseignement Secondaire et Technique: Les académies géreront elles-mêmes leur budget
Par L'Economiste | Edition N°:524 Le 08/06/1999 | Partager

· Premier pas vers l'autonomie des lycées: Déconcentration du budget de fonctionnement

CETTE année, le Ministère de l'Enseignement Secondaire et Technique innove. Il a décidé de déconcentrer le budget de fonctionnement qui sera réparti par académie en fonction des programmes et des besoins arrêtés par ces institutions. Cette nouvelle notion a été introduite par le projet de Loi de Finances 1999/2000, adopté par la Chambre des Représentants. En attendant le vote définitif, l'enveloppe budgétaire pour ce Ministère s'élève à 544,2 millions de DH dont 239,6 millions pour le fonctionnement et 304,6 millions de DH pour l'investissement. Le budget alloué aux académies atteint, quant à lui, un total de 190,7 millions de DH. Ce budget concerne notamment les dépenses relatives au soutien des missions, à la documentation et production pédagogique du Centre académique, l'organisation des examens du baccalauréat, la gestion des lycées d'enseignement général et technique, l'hygiène scolaire entre autres. Par sa taille, Casablanca se voit attribuer la plus grosse enveloppe avec 22,5 millions de DH, suivie de Meknès avec 19,5 millions de DH, talonnée par Agadir avec 18,7 millions. Au bas de la liste, Dakhla obtient un budget de 746.200 DH.
L'objectif de cette nouvelle mesure, comme l'explique M. Abdellah Saâf, ministre chargé de l'Enseignement Secondaire et technique, est "d'alléger le Centre de décision". Mais aussi de rationaliser la gestion administrative, pédagogique et financière par une plus grande responsabilisation et la création d'une dynamique au sein des établissements et des académies. Cheval de bataille de la nouvelle équipe à la tête du Ministère, la déconcentration est considérée comme un souffle nouveau face à la culture "centraliste" bien ancrée dans les arcanes administratives. Ce que M. Saâf appelle "la culture des instructions venant du Centre".
Concrètement, la déconcentration a épousé la configuration régionale. Auparavant, un arrêté du mois de novembre 1998 est venu modifier la carte des académies en les mettant en correspondance avec les 16 régions. Désormais, les 16 académies (14 auparavant) géreront elles-mêmes leur budget.
Autre nouveauté, la création d'une régie au sein des établissements. Une somme variant de 20.000 à 30.000 DH en fonction du nombre de classes et d'élèves, sera mise à la disposition des directeurs des lycées pour couvrir les besoins courants. Par ailleurs, outre les budgets de fonctionnement, les mutations seront aussi désormais organisées au niveau des académies. Le projet de note organisant le mouvement du personnel a été discuté avec tous les partenaires concernés et sera opérationnel pour cette année.

Meriem OUDGHIRI & Malika EL JOUHARI





  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc