×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Guerre de Gaza
L’ONU critique les enquêtes d’Israël et du Hamas

Par L'Economiste | Edition N°:3367 Le 22/09/2010 | Partager

. Israël a refusé de coopérer. Le Hamas n’a pas fait d’efforts sérieux. Conclusions officielles du rapport Goldstone le 27 septembre Israël et le Hamas ont échoué à faire des enquêtes indépendantes adéquates sur les allégations de crimes de guerre lors de l’opération israélienne dans la bande de Gaza en décembre 2008, a estimé mardi 21 septembre le comité de l’ONU chargé d’évaluer ces enquêtes qui font suite au rapport Goldstone. Les enquêtes des deux parties, réclamées par le rapport du juge Richard Goldstone, mandaté par l’ONU, «restent incomplètes dans certains cas ou n’ont pas été à la hauteur des standards internationaux dans d’autres», explique le comité d’experts chargé de passer en revue les éventuelles procédures judiciaires prises par Israël et les Palestiniens à la suite de cette offensive.Israël est pointé du doigt pour son «absence de coopération», expliquent les trois experts du comité créé en mars par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Le pays «a entravé l’évaluation du Comité sur les enquêtes» portant sur des cas éventuels de crimes de guerre, poursuivent-ils.Ils relèvent que le pays a bien mené ses propres enquêtes et a publié de nombreuses informations sur l’opération «Plomb durci» de l’armée israélienne à Gaza, du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009, qui a fait officiellement 1.400 morts du côté palestinien et 13 du côté israélien. «Israël a mené des enquêtes sur de nombreux incidents, mais seulement quatre se sont soldées par des accusations de crimes, dont une a conduit à une condamnation pour vol de carte de crédit», expliquent-ils. Du côté palestinien, les experts ont souligné une coopération plus active des autorités palestiniennes, mais ont déploré les résultats des deux commissions mises en place par le Hamas à Gaza. La première de ces commissions, «composée de responsables des autorités de facto de Gaza, n’a fait aucun effort sérieux pour répondre aux allégations» faites dans le rapport de l’ONU. La deuxième, plus indépendante, a fourni des informations, mais a également «échoué à fournir des preuves sur les assertions selon lesquelles les prisonniers politiques ont été libérés et des poursuites judiciaires engagées», poursuivent-ils.Les conclusions de ce rapport doivent être officiellement présentées le 27 septembre à Genève devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Le document du juge sud-africain, publié il y a près d’un an, accusait Israël et des groupes palestiniens d’avoir commis des crimes de guerre pendant l’opération à Gaza.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc