×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Groupama: Chute de 40% du résultat net consolidé en 1998

    Par L'Economiste | Edition N°:507 Le 14/05/1999 | Partager

    Groupama, premier assureur mutualiste français spécialiste du monde rural, a enregistré en 1998 une chute de 40% de son bénéfice net consolidé à 905 millions de Francs et ce, en raison de pertes enregistrées par le GAN, racheté en juillet 1998.
    Le GAN, consolidé sur le deuxième semestre de 1998, a contribué de manière négative à hauteur de 645 millions de Francs au résultat net de l'exercice. «L'activité s'est progressivement recentrée sur l'Europe, notre nouveau marché domestique, en étudiant les possibilités d'établissements et de partenariats dans les pays émergents, l'Asie du Sud-Est, l'Amérique latine et l'Europe centrale», a indiqué Groupama. Alors que les deux enseignes, Groupama et GAN, sont maintenues, de même que les réseaux de distribution, une fusion est en cours dans les activités bancaires, la gestion d'actifs et l'immobilier. Groupama, devenu le deuxième assureur généraliste français derrière AXA, se situe au deuxième rang en dommages et au cinquième en assurance-vie.

    En Europe, il se classe au 11ème rang des assureurs. Première mutuelle de France, avec 8 millions de sociétaires, Groupama a vu sa part de marché en France passer de 4,1 à 9% après le rachat du GAN.
    La part des dommages dans le chiffre d'affaires du groupe est de 48%. Celle de l'assurance-vie est passée de 21 à 32%. Les activités internationales et de réassurances ont été multipliées par trois.
    Les dirigeants de Groupama ont affirmé ne pas avoir été surpris par l'ampleur des pertes enregistrées par le GAN. «Nous sommes à l'intérieur de notre propre fourchette de prévisions. Nous n'avons pas de soucis particuliers», a indiqué Bernard Delas, directeur général de Groupama.
    Pour 1999 et 2000, Groupama prévoit une croissance de son résultat consolidé. En dommages, le groupe se donne pour objectif cette année de «maintenir» son chiffre d'affaires «sur un marché très difficile», alors que l'activité devrait progresser en assurance-vie.

    Nadia BELKHAYAT (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc