×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Grosse artillerie pour le Festival du film de Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:2149 Le 11/11/2005 | Partager

. Paillettes, stars et beaucoup de films pour cette 5e édition. Hommage aujourd’hui à Martin Scorsese et l’acteur marocain Amidou Des films et encore des films. Pas moins de 124 œuvres -deux fois plus que l’année précédente- seront projetées tout au long des 9 jours du festival. De quoi faire le bonheur des cinéphiles. Le Festival international du film de Marrakech (FIFM) a en effet concocté pour cette cinquième édition une programmation variée avec l’apparente volonté de répondre aux goûts des festivaliers. Le FIFM démarre aujourd’hui avec deux hommages qui seront rendus au réalisateur Martin Scorsese et à l’acteur marocain Amidou. Le premier film présenté en inauguration et hors compétition est Mme Henderson Presents, du réalisateur britannique Stephen Frears. A noter que 16 films sont en lice cette année. La plupart sont inédits et constituent des œuvres de réalisateurs prometteurs. Tous sont en course pour le prestigieux grand prix de l’Etoile d’or. Et c’est au jury, présidé par le réalisateur français Jean-Jacques Annaud que reviendra la lourde tâche de désigner l’heureux élu. Le jury est aussi composé des réalisateurs Deepa Mehta (Coup de foudre à Bollywood), du Coréen Kim Jee Woon et d’Idrissa Ouedraogo. Il décernera également un prix du Jury et des trophées aux meilleures interprétations féminines et masculines. Parmi les films en compétition, une seule production marocaine, celle du Tangérois Mohamed Smihi. Il s’agit d’Al Ayel qui raconte l’histoire d’un enfant de 10 ans, solitaire, troublé par le monde qui l’entoure, notamment les rigueurs de l’éducation religieuse et le jansénisme européen. Hors compétition, des rétrospectives alléchantes sont aussi au programme. Notamment un panorama de la cinématographie espagnole avec des présentations des productions de ces cinquante dernières années. Des chefs-d’œuvre (comme Carmen) à ne pas rater. Pour l’hommage de Martin Scorsese, ce sont seize de ses réalisations les plus marquantes comme Taxi Driver qui seront projetées dans les différents sites du festival, y compris à la place Jamaâ El Fna. Les amateurs des films de Bollywood ne seront pas en reste. Carte blanche a été donnée à Yash Chopra, un des grands auteurs du cinéma indien qui proposera dix-huit films, en compagnie d’un des acteurs les plus populaires indiens, Saif Ali Khan. Enfin, le chef de file du cinéma iranien contemporain, Abbas Kiarostami, présentera lui aussi une intégrale. Côté paillettes et people, cette 5e édition du Festival du film de Marrakech n’en manquera pas. Sont attendus Monica Bellucci, Terence Stamp, Catherine Deneuve, Victoria Abril, Daniel Day-Lewis, Leonardo Di Caprio, Antonio Banderas (mais non confirmé) et des artistes marocains, de la trempe de Touria Jabrane, Thami Khiari et Mohamed Miftah...Sur place à Marrakech, c’est l’artillerie lourde qui est déployée. Un grand tapage médiatique entoure l’événement. 500 journalistes (presse écrite, médias TV et radios) sont par ailleurs accrédités.


Engagement

«On se donne à fond pour que cette édition soit à la hauteur des espérances», indique un membre de la Fondation FIFM, organisatrice de l’événement. Les équipes de production et le secrétariat général sont complètement débordés. Mais pas question de flancher. L’enjeu est important. Il s’agit de porter le Festival de Marrakech parmi les grandes manifestations cinématographiques au monde. L’ambition aussi est de développer une véritable industrie cinématographique nationale. A noter que l’édition 2005 est marquée par la formation de cinéastes marocains. Le programme est conçu en partenariat avec le Tribeca Film Institute. Il a démarré le 7 novembre et s’achève à la fin du festival. Il est animé par des professionnels du cinéma mondial, en l’occurrence Martin Scorsese et Abbas Kiarostami. Il concerne une dizaine de jeunes cinéastes prometteurs triés au volet. Quatre des participants retenus sur concours devront réaliser des courts métrages financés par la télévision marocaine et le Tribeca Film Institute et seront projetés lors du Festival de New York.


Programme

Cinq sites sont choisis par le FIFM: le Palais des Congrès (deux salles), les cinémas Colisée, Rif et Saâda. Plusieurs programmations sont prévues sur la place Jamaâ El Fna.Palais des Congrès salle des ministres 20h00 Ouverture officielle Hommage à Amidou et Martin ScorseseFilm en ouverture Mrs Henderson Presents (hors compétition) Samedi 12 novembre Palais des Congrès salle des ministres - 10h30 Bab el Makam (Passion) (en compétition) - 14h00 Man push cart (en compétition) - 18h30 Schatten der zeit (en compétition) Palais des congrès salle des ambassadeurs 11h15 No direction home: Bob Dylan de Martin ScorseseCinéma Le Colisée 11h00 The Aviator (Aviator) (2h50) - Scorsese. Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc