×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Gros bouchons au port de Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:2155 Le 22/11/2005 | Partager

. Principale cause: Fermeture des banques durant les jours fériés. Mais aussi un manque de camionneurs pour évacuer la marchandise. Mercredi dernier: 25 navires restés à quai et 16 en rade Des blocages au port de Casablanca… il y en a eu en fin de semaine dernière. En effet, depuis la veille des jours fériés, à l’occasion des festivités du cinquantenaire de l’Indépendance, le port de Casablanca a connu un véritable congestionnement. Plusieurs navires n’ont pas pu traiter leurs opérations portuaires. Du coup, ils sont restés à quai. De l’avis du commandant Rizki, responsable à l’Association des agents maritimes, consignataires de navires et stevedores du Maroc (Assamat), «mardi dernier, il y avait au moins une quarantaine de navires en rade et à quai». Même son de cloche au niveau de la Fédération nationale du transport au port. A en croire son secrétaire général, Abderrahim Chennaoui, «la fluidité a été interrompue dans la baie du port. Des navires n’ont pu traiter leurs opérations portuaires et effectuer les paiements». Principale cause de ces perturbations, la fermeture des agences bancaires durant les jours fériés. A la direction Exploitation du Port de Casablanca, des responsables ont une autre explication. Selon Rachid El Hadi, directeur Marketing et Prévisions: «Il n’y a pas eu que le circuit bancaire à l’origine de cette situation particulière, le manque de camionneurs pour l’évacuation de marchandises y est également pour quelque chose». Pour anticiper et pallier d’éventuels blocages en amont, des représentants de l’Odep, Assamat et la douane avaient tenu une réunion mardi dernier. Ils ont convenu, selon le commandant Rizki, d’assurer des permanences durant les trois jours fériés. Mais apparemment, cela n’a pas eu un grand effet sur le trafic. C’est aussi parce que «la douane n’effectuait pas de taxation, juste des retaxations et des vérifications avant la sortie», précise Chennaoui de la Fédération du transport au port. Du coup, plusieurs navires étaient contraints de rester en rade. Selon l’Odep, la situation au port a fait état lundi 21 novembre de 29 navires à quai dont 26 commandés, c’est-à-dire au travail. Par ailleurs, quelque 17 navires (dont un phosphatier et des céréaliers) sont en rade à l’extérieur du port et ce, explique-t-on, pour des raisons extraportuaires. «Cela ne dépend ni de l’Odep ni de la douane mais de considérations propres aux armateurs». Le mercredi 16 novembre, l’Odep signale avoir travaillé à plein régime. Au total, 25 navires sont restés à quai ce jour-là et 16 en rade dont 11 pour des raisons extraportuaires. Même situation pour les jours fériés qui suivent. Le samedi, 30 navires sont restés à quai. Naturellement, de nombreux importateurs et exportateurs ont pâti de cette situation imprévisible. Des marchandises sont restées longtemps immobilisées sur le quai. Selon le président de la Fédération des PME-PMI, certes, il y a eu des difficultés au port et un surcoût, mais il y a aussi des priorités nationales. «On ne fête pas un cinquantenaire de l’Indépendance tous les ans. C’est vrai que c’est un dilemme pour de nombreux opérateurs, mais il fallait trancher», a tenu à souligner Hammad Kassal de la FPME. A l’heure où nous mettions sous presse, l’Association des exportateurs (Asmex) assure avoir travaillé durant les jours fériés et qu’aucune plainte n’avait encore été enregistrée auprès des exportateurs. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]iste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc