×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Grippe: Les Quinze veulent assurer leurs arrières

Par L'Economiste | Edition N°:1703 Le 12/02/2004 | Partager

. Réunion aujourd'hui des ministres de la Santé à BruxellesLes ministres européens de la Santé se réuniront aujourd'hui jeudi à Bruxelles pour faire le point sur les menaces présentées par la grippe aviaire qui sévit en Asie et dont un virus a également été détecté aux Etats-Unis, a annoncé mardi dernier la Commission européenne. Cette dernière a par ailleurs minimisé les risques présentés par la souche identifiée aux Etats-Unis et écarté à ce stade tout embargo sur les volailles américaines similaire à celui instauré par l'UE sur les importations de poulets thaïlandais. “Une réunion des ministres de la Santé de l'UE va être organisée avec les représentants des pays adhérents. Cette réunion aura lieu jeudi soir à Bruxelles”, a indiqué le commissaire européen à la Santé David Byrne, lors d'un débat consacré à la grippe aviaire au Parlement européen à Strasbourg. “L'un des points à l'ordre du jour est l'ensemble des stocks de vaccins face à des maladies comme celle-ci. La grippe est un exemple évident mais ce n'est pas le seul”, a ajouté Byrne. Selon des sources européennes concordantes, l'organisation de la réunion, sous la forme d'un dîner prévu au ministère belge des Affaires étrangères, a été décidée par la présidence irlandaise de l'Union européenne suite à une demande insistante de la France. “Il s'agit de discuter de la coordination quant à ce qu'il faut faire au cas où le virus animal (de la grippe aviaire) muterait en un virus susceptible d'affecter l'homme. Il n'y a pas de décision à attendre”, a indiqué à l'AFP la porte-parole du commissaire Byrne, Beate Gminder. Pour l'exécutif européen, le risque présenté pour l'UE par l'épidémie actuelle “reste très limité”. A noter que le Parlement européen a approuvé mardi dernier à mains levées et à une écrasante majorité la création d'un “Centre européen de prévention et de contrôle des maladies”, qui sera chargé, en principe d'ici début 2005, d'aider les Etats membres à coordonner leurs efforts de lutte contre les épidémies. “Des épidémies comme le SRAS en 2003 et la grippe aviaire cette année ont sonné le réveil. (...) Cette nouvelle agence de l'UE permettra à l'Europe d'être mieux préparée à lutter contre de futures épidémies”, s'est félicité le commissaire européen à la Santé, David Byrne. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc