×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Grippe aviaire
Des caméras thermiques dans les aéroports

Par L'Economiste | Edition N°:2196 Le 19/01/2006 | Partager

. Celles-ci aideraient à détecter les personnes à risque. Vaccin: 1 million de doses commandé mais pas encore livré -L’Economiste: Quelles sont aujourd’hui les mesures prises pour minimiser le risque de grippe aviaire? - Mohamed Biadillah: Face à l’extension de l’aire géographique du virus de la grippe aviaire, le Maroc vient de prendre des mesures supplémentaires drastiques. Nous venons, par exemple, d’installer des caméras infrarouge à l’aéroport Mohammed V de Casablanca. Elles servent à déceler la fièvre chez les voyageurs et par conséquent parer à toute éventualité d’entrée du virus. Toutefois, je tiens à souligner que le virus ne se transmet pas encore d’homme à homme. Il est toujours à son stade de passage de l’animal à l’homme. Cela explique que l’on n’ait pas encore un vaccin spécifique pour lutter contre le prochain virus pandémique lorsqu’il aura muté. - Est-ce que ces mesures suffisent?- Au Maroc, la situation épidémiologique est normale aussi bien sur le plan avifaune, c’est-à-dire des risques migratoires des oiseaux que sur le plan de l’élevage ou encore au niveau humain. Les mesures prises aujourd’hui consistent à renforcer le plan déjà mis en place en 2004. Il s’agit donc d’améliorer les capacités opérationnelles des observatoires d’épidémiologies. Nous en comptons un par région. Nous disposons aussi de quatre laboratoires de haute sécurité appelés dans le jargon international P3. Ils sont aujourd’hui tous opérationnels et dotés de moyens technologiques capables de détecter la maladie. Je tiens, par ailleurs, à préciser que deux parmi ces laboratoires ont été construits à la suite de la pandémie du Sras. - A combien évaluez-vous vos besoins en vaccins?- Sur le registre du traitement, le Maroc a déjà opté pour le prototype du vaccin qui sera utilisé contre le prochain virus. Nous avons demandé un million de doses à l’Institut Pasteur et nous attendons toujours que notre demande soit satisfaite. Nous avons aussi acquis des quantités considérables de matériels de protection comme les masques, les surblouses ou les surchausses. Ceci dit, le plan d’action que nous avons mis en place, n’est pas figé. Il évolue quotidiennement au gré des évolutions que la maladie connaît dans le monde. En outre, nous avons conçu un plan de communication en étroite collaboration avec les départements de l’Agriculture et des Eaux et Forêts. Il permettra aux citoyens d’être constamment informés sur les mesures prises, ainsi que sur les bonnes pratiques à observer.Propos recueillis par Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc