×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Grippe aviaire: Le scénario de riposte

Par L'Economiste | Edition N°:2234 Le 15/03/2006 | Partager

. Une simulation opérée hier mardi dans la région de Rabat. Toutes les provinces dotées de structures de riposte Que faire quand la grippe aviaire est déclarée dans une zone donnée? La simulation des mesures d’intervention organisée mardi 14 mars à Sehoul, dans la région de Rabat, a apporté plus d’un élément de réponse. La démonstration du scénario de riposte a été faite devant le ministre de l’Intérieur, Chakib Benmoussa, le ministre de l’Agriculture Mohand Laenser et le haut-commissaire aux eaux et forêts, Abdeladim Lhafi. Le directeur général de la Gendarmerie royale, le général de corps d’armée Housni Benslimane, a été le chef d’orchestre de cette opération. L’objectif de ce test a été de sensibiliser l’opinion publique sur la capacité marocaine à réagir devant une éventuelle détection du virus. Cette simulation a également servi de test en vue d’élaborer un modèle-type d’intervention coordonnée. Le choix de la région de Sehoul n’est pas fortuit. Située près d’une zone humide, plusieurs espèces d’oiseaux d’eau y séjournent. D’autres, sauvages, y transitent. C’est aussi une région où plusieurs activités d’élevage de volaille sont installées. Sehoul présente donc toutes les caractéristiques des zones où la grippe aviaire est susceptible d’être détectée. Le scénario de riposte est scindé en trois phases réparties sur autant de zones. A commencer par le foyer où la grippe aviaire est déclarée. Près de cette zone, un SAS de désinfection, une unité médicale (un médecin, un infirmier et un ambulancier) et des campements pour le personnel sanitaire sont installés, en plus de tous les équipements nécessaires. Une identification des oiseaux malades ou infectés par le virus H5N1 est opérée. Les oiseaux sont ainsi euthanasiés et enfouis dans des fosses sanitaires. «Les personnes ayant été en contact avec ces oiseaux sont désinfectées et subissent des examens épidémiologiques et cliniques in situ, avant d’être transférés pour d’autres analyses», explique Abderrahmane Benmamoun du ministère de la Santé. Oiseaux, animaux comme êtres humains se situant dans cette zone sont «séquestrés» pour une période pouvant aller jusqu’à 3 semaines. Le temps de s’assurer de la désinfection totale du foyer. La deuxième zone est celle de la «protection», tracée sur 3 km aux alentours du foyer. Des barrages sanitaires sont installés au nord et au sud de ce périmètre. Tout appareil ou véhicule qui y pénètre ou en sort est systématiquement désinfectés. Un personnel qualifié et dûment équipé est mobilisé pour cette mission. «Nous disposons au niveau du poste de commandement central de 6 tonnes de désinfectants virucides. Il faut noter que 1 kilo est dilué dans 100 litres d’eau. Et en la matière, nous n’avons pas de problèmes d’approvisionnement», explique Hamid Benazzou, directeur de l’élevage au sein du ministère de l’Agriculture. Toutes les mortalités suspectes d’oiseaux sont systématiquement transférées au niveau d’un des laboratoires vétérinaires nationaux et régionaux du Maroc. La troisième zone est celle de la sécurité. Plusieurs points de contrôle sont installés tout le long de cette zone. Là encore, tous les cas suspects de mortalité d’oiseaux sont signalés et transférés pour analyses. Les mesures de surveillance y sont intensives pour détecter la présence d’autres éventuels foyers. La structure mise en place pour les fins de cette opération test n’est pas la seule au Maroc. Chaque province dispose d’une structure identique, chapeautée par des postes de commandement provinciaux. Ceux-ci sont d’ailleurs tenus d’élaborer des bilans de situations, à communiquer chaque jour avant 18h au poste de commandement central. Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc