×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Gravures sous sable de Youssoufi chez Alwane

Par L'Economiste | Edition N°:30 Le 21/05/1992 | Partager

Du zéro à l'infini en 6mn 4s, ou le temps nécessaire pour que le sable contenu dans le sablier n°12 s'écoule entièrement, jusqu'au dernier grain, d'une extrémité à l'autre de cette oeuvre plastique d'un genre particulier.
Plus exactement et en fait de tableau, un mécanisme ingénieux qui offre, pour peu que l'on se donne la peine de faire pivoter sur son axe cette étrange machine, le spectacle d'un composé de deux couleurs de sable (ocre rouge et beige) se déversant par une dizaine d'orifices.

Au fur et à mesure de l'écoulement du sable, apparaissent et disparaissent simultanément diverses pièces de céramique gravées et calligraphiées ainsi qu'une page du célèbre roman d'Arthur Kstler (Le Zéro et l'Infini). Le tout contenu dans 11 compartiments et dont certains, laissés vides, permettent d'équilibrer, en quelque sorte, la composition de ce "Sablier n°12" (sans titre).
Tableau? Sablier? Mise en scène originale d'un minutieux, fascinant travail de gravure sur céramique? Ou encore, citous les termes de certains visiteurs, "la dernière représentation en date des Jouets de Omar Youssoufi?".
En réponse aux interrogations du public, Omar Youssoufi définirait plutôt son oeuvre comme une collection d'"Objets plastiques".

Toutefois, il nous parle plus volontiers de "bibliothèques imaginaires renfermant le vécu de chacun", matérialisées par ces tablettes, rouleaux et livres réalisés en porcelaine (grès cuit à haute température), recouverts de signes alphabétiques, lettres arabes et latines entremêlées. Plus précisément, une bibliothèque aux dimensions infinies et dont"les tiroirs se remplissent au cours du temps ...".
Enfin, dans cet univers de signes, invitation à un voyage au fil de l'évolution des supports d'écriture, un clin d'il: les parois intérieures de chaque compartiment sont tapissées de coupures de journaux, découpés et collés bout à bout... Elément purement graphique, ces morceaux d'articles sont ainsi vidés de leur sens, et la juxtaposition réalisée au hasard donne naissance à de curieux mastics, à l'humour tout à fait involontaire.

Le message de l'artiste? Une tentative d'exprimer une identité aux facettes multiples par le biais de l'écriture et de ses supports, le tout considéré davantage comme traces plutôt que signes intelligibles.
Sans doute, l'origine d'un tel travail est-elle à rechercher dans la problématique de "cette langue berbère que je parle sans pouvoir l'écrire" nous explique Youssoufi.
De là à chercher refuge dans la gratuité des signes graphiques, le pas est vite franchi. D'ailleurs, Youssoufi ne croit pas que les mots soient seuls nécessaires pour communiquer. "La communication concerne aussi l'échange d'émotions et d'expériences, sourires, larmes ou gestes". Et comme dans une foule, "les grains de sable se touchent, se mêlent, portés par le temps".

En somme, heureuse circonstance que celle du report de l'exposition de ces oeuvres, initialement prévue dans une galerie luxembourgeoise qui nous permet de vérifier l'immense talent de céramiste de Omar Youssoufi.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc