×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Grande révision des quotas de pêche

Par L'Economiste | Edition N°:1657 Le 08/12/2003 | Partager

. Les réductions sont de l’ordre de 50 à 65% à cause du danger d’épuisementLa Commission européenne a proposé d’éviter la fermeture complète de certaines pêcheries, en consolidant les mesures existantes pour certains stocks de cabillaud, en étendant ces mesures à d’autres stocks menacés et en proposant une réduction substantielle des possibilités de pêche pour les stocks nouvellement identifiés comme menacés. Ces mesures garantiraient la continuité de l’activité économique dans les pêcheries concernées tout en fournissant aux stocks épuisés une possibilité raisonnable de reconstitution et en protégeant ceux dont l’état est moins préoccupant. Dans l’attente de la mise en oeuvre de plans de reconstitution à long terme, il convient d’appliquer des mesures à court terme plus strictes comprenant notamment des totaux admissibles de capture (TAC) très réduits, des restrictions directes de l’activité de pêche (nombre de jours de sortie en mer autorisés) et des mesures de contrôle visant à garantir le respect des quotas. La Commission présentera de nouvelles mesures de contrôle au cours des prochains mois. En ce qui concerne les stocks pour lesquels le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) recommande un niveau de capture zéro, la Commission propose des réductions substantielles des TAC et de l’effort de pêche variant entre 50 et 65%, y compris une réduction de 50% pour le merlu austral et la sole de la Manche occidentale. Pour les stocks dont les TAC ont déjà été sensiblement réduits, tels que le cabillaud de la mer du Nord, la Commission propose de maintenir le quota fixé pour cette année. Les nouvelles sont toutefois meilleures en ce qui concerne par exemple le lieu noir et certains stocks de cardine ou de lotte pour lesquels la Commission propose une augmentation de l’ordre de 15%. “Les conséquences de l’application insuffisante des mesures de conservation et de reconstitution sautent aux yeux.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc