×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Gestion locale: Les associations demandent à être impliquées

Par L'Economiste | Edition N°:1658 Le 09/12/2003 | Partager

. Elles demandent la création d’un conseil consultatif communal pour institutionnaliser leur participation. Deux mémorandums adressés au Premier ministre. Une rencontre est prévue le 13 décembre à Casablanca pour le lancement des actions de plaidoyerAvec la nouvelle charte communale, la participation des citoyens à la gestion locale est devenue un droit. Force est de constater néanmoins l’absence d’un cadre institutionnalisé pour donner un sens et un contenu à cette participation. Pour combler ce vide juridique, les associations ont pris l’initiative d’interpeller le gouvernement en adressant deux mémorandums au Premier ministre, au ministre de l’Intérieur, à celui des Finances et aux groupes parlementaires. Les propositions présentées visent l’institutionnalisation de la participation des associations aux affaires communales et à l’élaboration des politiques locales ainsi qu’au contrôle des actes de l’administration communale. Une rencontre sera organisée le 13 décembre à Casablanca pour le lancement des actions de plaidoyer pour les deux mémorandums (financement et participation). Une centaine d’associations participeront à cette rencontre. Le but est d’instaurer une dynamique dans les différentes régions du Royaume. Malgré l’entrée en vigueur des dispositions de la charte communale qui stipule que les collectivités locales adoptent une démarche de gestion participative, il n’existe pas encore de politique transparente et cohérente à l’égard des associations, assure Najia Zirari, secrétaire générale de l’Espace Associatif. Il est vrai que la charte prévoit la participation des citoyens à la gestion locale, mais il reste à déterminer les mécanismes et les instruments juridiques nécessaires pour ce faire. Afin d’instaurer un partenariat réel et efficace, les associations demandent la mise en place d’une structure à même d’interpeller les élus et de les contrôler. La participation doit se faire dans le cadre de structures organisées. Le mémorandum appelle à la mise en place de nouvelles structures de participation telle qu’un conseil consultatif communal d’orientation et de coordination pour rapprocher les visions entre les élus et les représentants des associations dans le but de concevoir, planifier et mettre en oeuvre le développement communal et coordonner les actions avec les collectivités locales composant la province ou la région (création de comités consultatifs communaux). Il réclame également le renforcement de la participation des associations dans les structures déjà existantes (commissions techniques) et la création des espaces publics d’information, d’échange, de concertation, de consultation et de prise de décision avec la population (forums annuels, conseils de jeunes…).Bien que ce système de participation des citoyens à la gestion locale soit inspiré du modèle français, des expériences ont déjà eu lieu au Maroc avant même l’entrée en vigueur de la nouvelle charte, dit Driss Abbadi du Centre marocain de la gouvernance. Ce sont des initiatives des associations ou des autorités locales, le gouverneur en l’occurrence. A Salé, un comité de coordination technique a été imaginé et mis en place dans la circonscription de Tabriquet avec l’aide une association internationale “Handicap International”. Le comité a participé avec succès à la gestion de projets dans certains quartiers. Une autre expérience a vu le jour dans une zone rurale à Oulmès. Cette initiative, appelée “maison de développement communal”, a été encouragée grâce au soutien d’une association internationale ENDA/Maghreb, spécialisée dans la protection de l’environnement. Deux autres expériences ont également vu le jour grâce à l’initiative des autorités locales, l’une à Mohammédia et l’autre dans la province du Haouz à Marrakech.Dans la structure proposée par l’Espace Associatif “Conseil consultatif communal”, siègeront les associations locales, les comités de quartier, un représentant de la commune, et le cas échéant des représentants des secteurs gouvernementaux. L’idée est de responsabiliser le citoyen qui a un droit de regard sur les communes, affirme Abbadi. Une fois mis en place, ce conseil sera appelée à intervenir dans les choix à faire lors de la définition des politiques locales. Il participe également à l’allocation des ressources de la commune. Enfin, il assure le suivi et l’évaluation. Il pratique une sorte d’”audit social”, selon l’expression de Abbadi. Le but est d’évaluer les performances des services de la commune (collecte des ordures, électricité…). En d’autres termes, c’est l’argent du contribuable et c’est à lui de s’assurer qu’il est dépensé à bon escient par les élus.


Circulaire

Le mémorandum appelle le ministère de l’Intérieur à adresser une circulaire explicative aux collectivités locales pour fixer les mécanismes de participation des associations à la gestion locale ainsi que les critères de financement des associations. Il s’agit, selon Zirari de l’Espace Associatif, de les inciter à s’inscrire dans cette nouvelle logique de gestion participative. Cette circulaire sera une application des dispositions législatives en matière de participation des associations à la gestion locale. Selon le mémorandum, la circulaire devra inciter les collectivités locales à impliquer les associations dans les projets de développement social et économique par la création de structures de participation populaire. Noureddine FASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc