×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Gestion de portefeuille: Le bras de fer gérant/benchmark

Par L'Economiste | Edition N°:456 Le 04/03/1999 | Partager

Pour réussir la gestion de son portefeuille, tout gestionnaire se doit de respecter les étapes du processus d'investissement. De plus, il ne doit jamais oublier que, pour battre son benchmark, il faut s'en démarquer.

Assurer le rendement d'un portefeuille quel qu'il soit (actions ou obligations) tout en supportant le moindre risque possible est le souci quotidien de chaque gestionnaire. Selon M. Emmanuel Soupre, directeur général-adjoint de NSM Gestion(1), filiale du groupe ABN Amro, «la solution de l'équation repose sur le processus d'investissement lui-même».
En effet, si la stratégie d'investissement est bien définie, le gérant peut déjà considérer qu'une bonne partie du chemin vers son objectif risque/rendement est parcourue. «80% des difficultés de la gestion de portefeuille viennent du fait que le processus n'a pas été bien expliqué», souligne M. Soupre.

Battre son propre indice


Dès le départ, il faut évaluer les objectifs et les contraintes. Cette première phase repose sur l'analyse du placement avec l'investisseur et débouche systématiquement sur la détermination d'un indice de référence. C'est le fameux benchmark, utilisé pour la mesure de performance et le suivi de risque. L'expert français a toutefois mis l'accent sur l'obligation de chaque gérant de battre son indice de référence. Quant aux contraintes, il en existe trois types: réglementaires, déontologiques et fiscales.
Le gérant devra, dans un deuxième temps, se pencher sur la stratégie d'allocation d'actifs afin de constituer un portefeuille théorique de référence. Il délimite ainsi le champ de l'investissement (allocation stratégique) et détermine les ajustements à court et moyen termes (allocation tactique) avant de sélectionner des supports (titres et/ou fonds). La règle est que «plus il y a d'actions dans le portefeuille, plus la gestion est dynamique et plus le risque est grand aussi». A noter que ce risque est fonction du temps que le gestionnaire s'accorde dans l'investissement.
Il existe deux approches pour construire un portefeuille.
La première, Top Down, donne la priorité à l'analyse et aux conclusions macro-économiques plutôt qu'aux considérations sectorielles. Dans ce cas, le choix des valeurs devient secondaire.
En revanche, dans l'approche Bottom-Up, la priorité est donnée au choix des valeurs à partir de critères de sélection micro-économiques rigoureux. En pratique, les gérants mêlent les deux méthodes.
Une fois le portefeuille monté, le gestionnaire doit établir un processus de contrôle, de mesure et d'attribution de performance avec reporting.

(1) Lors du séminaire sur la gestion de portefeuille organisé par AOB Consulting les 23 et 24 février au Royal Mansour Méridien à Casablanca.


Comment évaluer l'entreprise


Les méthodes d'évaluation de portefeuille ont connu des évolutions considérables. Les méthodes les plus connues sont apparues entre 1950 et 1990: Price Earning Ration (PER), le Price Cash-Flow, la capitalisation/CA, le Yield Ration...
Arrivée la dernière décennie du siècle, les préoccupations ont changé et avec elles les méthodes. Le critère est devenu la valeur d'entreprise et donc l'évaluation via l'EVA (Economic Value Added), le MVA et la création de valeur. Cette méthode a été développée à l'origine comme mesure pour la rémunération des managers, se dégageant peu à peu des résultats de l'entreprise elle-même. M. Emmanuel Soupre a souligné néanmoins que la meilleure méthode reste la combinaison de plusieurs évaluations de façon à regarder l'entreprise sous des angles différents.

Hanaa FOULANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc