×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Génériques: Un accord «usine à gaz de procédures»

Par L'Economiste | Edition N°:1593 Le 03/09/2003 | Partager

. L'OMS dénonce l'exode du personnel médical en Afrique. L'association de défense des victimes du Sida, Act up, très sceptique sur l'accordL'accord sur les médicaments génériques, signé samedi dernier, s'il a été salué par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), reste suspect pour Act up, association de défense des victimes du Sida. Pour l'organisation, il ne pourra jamais être appliqué. C'est une «véritable usine à gaz de procédures«. L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a approuvé, après cinq jours de négociations laborieuses, un accord qui doit permettre aux pays pauvres d'importer plus facilement des médicaments génériques, s'ils ne peuvent pas les fabriquer eux-mêmes. «L'accord qui vient d'être arraché à l'OMC par les pays riches ne peut en aucun cas être considéré comme une victoire pour l'accès aux médicaments génériques dans les pays en développement«, écrit l'association. Selon Act up, «les effets les plus notables de cet accord vont être d'accroître les difficultés économiques, administratives, législatives et politiques des pays en développement qui veulent utiliser des médicaments génériques«.« La solution proposée ne pourra être mise en oeuvre. La complexité du dispositif mis en place ne renvoie qu'à une chose: la volonté d'une poignée de pays, sous influence de l'industrie pharmaceutique, de limiter le recours aux génériques«.L'OMS a, quant à elle, mis la lumière sur un autre problème de taille: l'exode du personnel médical en Afrique. Ouvrant à Johannesburg une réunion régionale de l'OMS, son directeur général, Jong Wook Lee, a qualifié de «bon pas en avant« l'accord commercial mondial facilitant l'importation de médicaments génériques par les pays pauvres, dans la perspective de l'objectif de l'OMS: 3 millions de malades du Sida de ces pays traités par antirétroviraux d'ici à 2005. Mais sans compétences humaines, le chemin s'annonce plus ardu. Selon le commissaire intérimaire de l'Union africaine en charge des Affaires sociales, Mohamat Habib Doutoum, «les professionnels de santé qualifiés d'Afrique sont devenus une matière première bon marché pour les pays développés«. L'Afrique n'a actuellement que 16 docteurs pour 100.000 habitants. Une étude portant sur la période 1990-2000, a relevé une «intention d'émigrer de ces agents de santé allant de 26% (Ouganda) à 68% (Zimbabwe)«. Les raisons les plus souvent citées portent sur les salaires, les conditions de vie, l'expérience et le déclin économique du pays. « C'est une source d'inquiétude, et les politiques publiques doivent prendre ces questions en compte«, recommande le rapport. L'OMS s'engage à collaborer avec les différents pays africains pour garantir aux agents de santé un contexte adéquat pour exercer leur fonction.(Synthèse l'Economiste)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc