×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Génériques: D’abord une affaire d’antibiotiques

Par L'Economiste | Edition N°:1659 Le 10/12/2003 | Partager

. Ils concentrent jusqu’à 50% des génériques vendus au Maroc. Etat des lieux à l’occasion des journées scientifiques à l’hôpital militaire de Marrakech Question: Qui sont les laboratoires qui fabriquent les médicaments génériques? Réponse du berger à la bergère en quelque sorte: Qui sont ceux qui n’en fabriquent pas aujourd’hui? “Même les multinationales (NDLR: entendre par-là les grands laboratoires) s’y sont mises. Elles ont développé des stratégies pour la fabrication et la commercialisation des génériques, qui seront effectives au Maroc dès la mise en place de l’AMO”, commente Abdelmajid Belaich, cadre dans l’industrie pharmaceutique, lors d’une présentation de l’état des lieux des génériques au Maroc. Un exposé fait dans le cadre des journées scientifiques organisées le week-end dernier par l’hôpital militaire de Marrakech. L’industrie pharmaceutique se mobilise de plus en plus pour expliquer et sensibiliser les praticiens aux génériques. Son lobby est si important qu’il a réussi à imposer son influence sur les rounds des négociations entre le Maroc et les USA pour la zone de libre-échange. Ces accords qui, initialement, prévoyaient la prolongation de la durée de protection des brevets de médicaments, et en particulier des princeps, jusqu’à 30 ans, pourront être revus et revenir à 20 ans, conformément aux accords de l’OMC. Ce ne sont pas uniquement les investissements projetés dans le domaine des médicaments génériques qui font le poids dans ce lobby, mais surtout leur pénétration sur le marché marocain, de même que leurs prix et qualité. “Il faut retenir que pour le Maroc, le ministère de la Santé impose des règles assez strictes: le médicament en générique ne peut être introduit que s’il est 30% moins cher”, rappelle Belaich. Coté qualité, celle-ci dépend depuis 1997 du ministère de la Santé comme du Laboratoire national du contrôle des médicaments. “Les laboratoires doivent fournir désormais le mode d’obtention du principe actif qui entre dans la composition du médicament copié”. Au niveau de la pénétration de ces produits, les donnes sont chiffrées. D’après celles de l’IMS (International Medical Statistics), jusqu’à 1999, les génériques (avec identifiant) ne représentaient que 12% des ventes en volume et 7% en valeur. Aujourd’hui, ces ventes sont à quelque 30% en volume, du moins au niveau pharmaceutique privé (qui représente près de 90% des médicaments vendus au Maroc). Les 10% restants font l’objet d’appels d’offres, au niveau des pharmacies publiques comme militaires. Pas de statistiques disponibles de ce côté-là, bien que les médicaments génériques soient fortement utilisés dans ces milieux. “Il n’en reste pas moins que pour presque l’ensemble de la population, ce sont les génériques qui sont le plus utilisés”. A titre d’exemple, rien que pour les antibiotiques, le volume des génériques vendus a atteint les 50% sur 19 millions de boîtes en 2002 avec d’une valeur 1,2 milliard de DH.


Méfiance

A partir d’une enquête effectuée auprès d’une centaine de praticiens de Marrakech, Khalid Hassoune a découvert une méconnaissance totale des génériques, bien qu’ils soient justement prescrits pour leur faible prix. “C’est un effet de contraste, le faible prix est également derrière la méfiance vis-à-vis de ces médicaments”, dit-il dans son rapport présenté lors des journées scientifiques de l’hôpital militaire de Marrakech. De même qu’il existe aussi une méconnaissance des formules et des principes actifs utilisés dans ces médicaments.B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc