×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    General Electric: D'autres projets en gestation

    Par L'Economiste | Edition N°:269 Le 27/02/1997 | Partager

    GIES, filiale de General Electric, lance ITS en partenariat avec des opérateurs marocains. Un tour de table prestigieux pour introduire l'EDI dans les entreprises et l'Administration.


    C'est officiel. General Electric s'implante au Maroc via sa filiale General Electric Information Services (GIES). En optant pour une joint-venture avec un groupe d'investisseurs marocains, GIES veut contribuer au transfert technologique dans le domaine des services d'échange de données informatisées (EDI).
    Outre le géant américain qui détient 40% du capital, le tour de table de la société Information Technology Solutions (ITS) réunit la BMCE, la BCM, la RMA, Afriquia et deux autres holdings financiers. Le capital de départ est de 3 millions de Dollars et le programme d'investissement est en cours de finalisation.
    ITS devrait démarrer courant avril à l'Espace Porte d'Anfa avec un effectif de 20 ingénieurs de haut niveau.
    La société, spécialisée dans les services de commerce électronique, va fournir pour la première fois au Maroc des solutions informatiques susceptibles d'améliorer la productivité des entreprises locales. "Les solutions de commerce électronique vont améliorer les relations commerciales entre les entreprises locales et leurs partenaires étrangers", explique M. Othman Benjelloun, co-président du Conseil Maroco-américain pour le Commerce et l'Investissement, lors du point de presse du 19 février au siège de la BMCE. Outre le perfectionnement des compétences locales en matière de développement de logiciels, cette joint-venture a pour objectif commercial de doter les entreprises marocaines d'une réactivité et d'une plus grande souplesse pour les rendre plus concurrentielles. Concrètement, ce service permettra aux entreprises d'échanger des données avec les partenaires locaux et étrangers via des supports de communication de l'ONPT.

    Il concerne tout type de relation client/fournisseur et non pas uniquement les relations commerciales. L'EDI va permettre la gestion minimale des stocks et la réduction des délais de passation des commandes.
    "Les ordres envoyés sur support papier céderont la place aux commandes électroniques destinées au fournisseur", explique M. Mounir Kabbaj. Cette technique se traduira par des gains de délais de commande et de livraison pour le client et par des gains de productivité pour le fournisseur. Outre le secteur privé, le service est applicable aux administrations (Administration des Douanes/transitaires) et au secteur tertiaire (assurances/courtiers).
    Cependant, ces entreprises sont dotées de systèmes hétérogènes. "Au lieu d'harmoniser toutes les architectures, ITS va implanter des traducteurs basés sur la norme internationale Edifact, qui vont convertir les données des sociétés avant leur transfert via la plate-forme d'ITS" , précise M. Kabbaj.
    Deux atouts: sécurité et fiabilité des données dans la transmission des données.
    A partir de l'EDI, ITS développera à moyen terme de nouvelles activités, notamment le conseil en système d'information, l'ingénierie et le développement de logiciels et les services bâtis sur les nouvelles technologies de l'information.

    Pour M. Marc Ginsberg, co-président du Conseil maroco-américain, cette concrétisation est un acte de confiance de l'investisseur américain puisque son objectif est de développer sa présence sur le marché marocain. Il n'est pas exclu que les initiateurs du projet mettent à profit les avantages comparatifs pour contribuer aux projets internationaux de GIES.
    Selon M. Abdou Bensouda, directeur général du Conseil, il ne s'agit que d'une première opération de joint-venture avec GE puisque le Conseil planche actuellement avec la multinationale sur d'autres projets.

    Mouna KABLY.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc