×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Gaz: Forum des pays exportateurs à Moscou

    Par L'Economiste | Edition N°:2926 Le 23/12/2008 | Partager

    . Les pays consommateurs redoutent la création d’un cartelLes membres du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) se réunissent aujourd’hui à Moscou pour coordonner leurs politiques. Les pays consommateurs redoutent la création d’un cartel sur le modèle de l’Opep, qui pourrait avoir une influence sur les prix. Les ministres de l’Energie d’une quinzaine de pays parmi lesquels la Russie, l’Algérie, l’Iran, le Venezuela et le Qatar sont attendus à cette rencontre. La Norvège, 3e exportateur de gaz au monde après la Russie et le Canada, y participera en qualité d’observateur. L’évolution des cours mondiaux du pétrole, sur lesquels sont indexés ceux du gaz, figurera parmi un large spectre de sujets, a déclaré le ministre russe de l’Energie, Sergueï Chmatko, tout en réfutant l’idée d’une “Opep du gaz”. “Je souligne que nous n’avons pas l’intention de créer un quelconque cartel des producteurs. Notre but est de garantir un équilibre indispensable entre les fournisseurs de gaz et de coordonner la politique entre les pays producteurs et consommateurs de combustible”, a-t-il ajouté. “Nous réfléchissons à la manière d’établir les règles du jeu. Mais n’attendez pas à ce qu’elles entrent en vigueur dès le 1er janvier”, a prévenu Chmatko. Le Premier ministre russe Vladimir Poutine avait déjà réfuté en novembre l’idée d’un “cartel” du gaz et qualifié de “sans fondement” les “craintes” des pays consommateurs. Notons que le FPEG est une organisation informelle rassemblant peu ou prou les principaux pays détenteurs de réserves de gaz, mais elle n’est pas comparable à l’Opep, qui est un véritable cartel doté de statuts et dont les décisions s’imposent à tous les membres. La Russie, l’Iran et le Qatar (trois premiers détenteurs de gaz avec environ 60% des réserves mondiales) ont annoncé fin octobre la création d’une “troïka”. Objectif: dynamiser l’assemblée des exportateurs de gaz, sans la transformer pour autant en cartel sur le modèle de l’Opep.F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc