×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

G8-Evian: Un des sommets les plus forts

Par L'Economiste | Edition N°:1532 Le 04/06/2003 | Partager

. Introduction de quatre Africains dans un «sommet dans le sommet«. Les USA font consacrer leur puissance au Proche-OrientEvian aura été l'un des sommets les plus forts que les grandes puissances aient organisés, depuis 25 ans que ces rencontres existent. La présence de la Chine (voir l'analyse de notre chroniqueur Pierre Haski, en pages 26 et 27) y est pour beaucoup mais aussi et peut-être surtout, la présence officielle des présidents sud-africain, algérien, nigérian et sénégalais. Ces quatre présidents sont expressément cités dans le communiqué, comme membres du NEPAD. Etaient aussi présents les chefs d'Etat ou de gouvernement d'Arabie saoudite, d'Inde, de Malaisie, du Pakistan et du Mexique. Ces derniers ont participé à une rencontre formelle avec le groupe du G8. Cette rencontre préfigure peut-être un deuxième sommet à l'intérieur du G8 et qui se renouvellera sans doute dès le prochain G8, aux Etats-Unis en juin 2004. Les observateurs avaient pensé un moment que SM Mohammed VI se rendrait à Evian, mais cela ne s'est pas fait.La formation de ce «sommet à l'intérieur du sommet« est la grande nouveauté. Elle a permis d'introduire plus que par le passé les préoccupations de pays pauvres: eau, médicaments à bon marché, traitement de la dette… Cependant, cette initiative affaiblit le caractère démocratique des rencontres: l'Algérie et le Nigeria, les deux grands pétroliers du continent, ne sont pas précisément démocratiques. La question de la représentation démocratique est restée l'un des fers de lance des «antimondialisation«, ou «altermondialistes«. A cette critique, les pro-sommet répondent que les représentants des 8 pays les plus riches ont été démocratiquement élus et que «le sommet est donc démocratique«. Les «altermondialistes« ont manifesté, en Suisse, contre le sommet. Ils ont indiqué que la présence d'Etats africains était «une supercherie«. Une partie d'entre eux, les Black Block allemands, ont occasionné des dégâts importants… et une crise entre le gouvernement suisse et sa police, qui avait pourtant pour l'occasion importé quelque 500 policiers allemands, plus habitués que les Suisses, à cette variété d'extrémistes.Les combats de rue n'ont pas perturbé les travaux, à plus de 50 km de là, des pays les plus riches (Etats-Unis, Japon, Allemagne, Russie, Royaume-Uni, Italie, Canada, France). L'Américain Bush a quitté Evian un jour plus tôt, pour rejoindre le Proche-Orient où, à son instigation, se tient une série de rencontres sur la mise en oeuvre de la «feuille de route«. Evian a, en quelque sorte, consacré le fait que la remise en ordre du Proche-Orient, Irak compris, soit placée sous l'égide de Washington: les déclarations allemande et française ne sont que de pure forme.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc