×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

G20: 9 pistes pour lutter contre la volatilité des prix agricoles

Par L'Economiste | Edition N°:3501 Le 05/04/2011 | Partager
Proposition de mise en place de données internationales
Une notification préalable et rapide de type «Fast Tracks»
Les Etats-Unis et la Commission européenne tirent leur épingle du jeu

L’AGRICULTURE s’invite au G20. Le rapport sur la volatilité des prix agricoles, rédigé par l’OCDE, la FAO, le FMI et la Banque Mondiale, s’est investi dimanche dans les discussions du G20. Proposant 9 pistes, les spécialistes tentent de lutter contre la volatilité des prix agricoles, particulièrement forte ces dix dernières années. Ce problème concerne essentiellement les prix du riz et du blé entre 2006 et 2010. Le rapport relativise cependant en assurant qu’il n’existe aucune preuve sur l’augmentation de la volatilité des prix internationaux des matières premières agricoles. Avant d’appeler à «plus de transparence et de fiabilité dans les rapports de production, de consommation, et des stocks des produits agricoles».


Les bons élèves


A cet effet, les spécialistes proposent la mise en place de données internationales. Cette mesure serait calquée sur celle du JODI (Joint Oli Data Initiative), en place depuis 2000, pour améliorer l’information sur les marchés pétroliers. Le rapport reconnait également la hausse des investissements financiers sur les marchés dérivés des matières premières. Un dysfonctionnement directement lié au désaccord sur le rôle de la spéculation financière dans la volatilité et l’augmentation des prix des matières premières.
Les bons élèves:Les Etats-Unis et la Commission européenne. Le rapport a en effet salué les efforts entrepris par les Etats-Unis et la Commission européenne pour davantage de transparence et d’efficacité sur les marchés. Par ailleurs, les spécialistes recommandent une application plus rigoureuse des accords de l’OMC et le libre accès aux marchés pour les produits agricoles. Dans la même optique, les moratoires sur les exportations sont également dénoncés, à l’instar de celui décrété par la Russie le 5 août dernier sur le blé. Et pour cause, les récoltes ont été détruites de plus d’un tiers après une période de sécheresse exceptionnelle. Autres concernées par ce rapport, les taxes de l’importation ou à l’exportation qui agissent fortement sur les cours.
Pour une meilleure mise en perspective du problème, le G20 préconise: «la mise en place d’une définition de la situation critique de la pénurie alimentaire justifiant une mesure de restriction d’exportation». Mesure phare du G20 également, la procédure d’une notification préalable et rapide de type « Fast Tracks » pour l’approbation ou non d’une restriction des exportations. Pour l’heure toutes ces propositions préparent la réunion des ministres de l’agriculture les 22 et 23 juin prochains qui se tiendra en France. François Fillon avait déjà annoncé au 65e congrès de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), le 31 mars dernier, une révision du coût du travail saisonnier. Revu à la baisse, ce dernier requiert un effort de 500 millions d’euros par an. A travers cette initiatiative, la France semble déjà avoir pris les devants des réformes agricoles. Le pays organisateur de ce prochain sommet des ministres de l’agriculture et président du G20 cette année donne le ton. Reste à voir si les autres membres suivront.

Houda SIKAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc