×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

G-10: La croissance mondiale continue

Par L'Economiste | Edition N°:2732 Le 11/03/2008 | Partager

. L’inflation, problème majeur auquel elle reste confrontée La croissance mondiale se poursuit, malgré la crise hypothécaire aux Etats-Unis, mais avec «un certain niveau de ralentissement», a déclaré hier le porte-parole des 10 grandes banques centrales mondiales (G-10), Jean-Claude Trichet. «Nous n’allons pas nous écarter des projections actuelles que nous avons à un niveau mondial», a indiqué Trichet, faisant référence aux projections de croissance mondiale du Fonds monétaire international (FMI). «Sur une échelle mondiale, nous avons une croissance continue avec un certain niveau de ralentissement», a affirmé Trichet. Mais «un certain niveau d’incertitude demeure», a-t-il ajouté, à l’issue de la réunion bimestrielle du G-10 au siège de la Banque des règlements internationaux (BRI) à Bâle. Le porte-parole a également évoqué la résistance des économies émergentes. «Cela est vrai pour les marchés financiers dans les pays émergents et c’est également vrai pour leur économie réelle», a souligné Trichet. Et d’ajouter qu’«il est important de conserver ce précieux atout». L’inflation demeure cependant le problème majeur auquel la croissance mondiale reste confrontée. Les hausses des prix des matières premières et des aliments «sont les plus récentes matérialisations d’un risque qui a été évoqué il y a plusieurs mois, mais qui se matérialise d’une façon frappante», a estimé Trichet. L’inflation est au plus haut depuis des années dans la zone euro, à 3,2% sur un an en février, très au-delà de la limite de 2% tolérée par la BCE. Les prix à la consommation devraient augmenter de 2,9% cette année, puis de 2,1% en 2009, a estimé l’institut. Aux Etats-Unis, la hausse des prix atteignait 3,7% sur un an en janvier, son sommet depuis plus de 17 ans. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc