×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Fusions-acquisitions: Le marché en ébullition

Par L'Economiste | Edition N°:3333 Le 04/08/2010 | Partager

. 240 milliards de dollars de transactions en juillet. 1.500 milliards depuis le début d'annéeLe marché des fusions-acquisitions reprend des couleurs. Les volumes d'opérations dans le monde, au mois de juillet, ont dépassé les 240 milliards de dollars (l'équivalent de 2.022,27 milliards de DH). Ce montant, considéré comme le plus élevé depuis le début de l'année, est en hausse de 60% sur un an. L'Europe affiche le plus important montant d'opérations en juillet, avec 85,5 milliards de dollars. Une bonne nouvelle pour les banquiers d'affaires, après un début d'année calme. Un certain nombre d'opérations ont bien animé le mois dernier. «A commencer par les discussions entre EDF et le consortium chinois Cheung Kong, en vue de la cession du réseau de distribution du premier au Royaume-Uni, pour 6,9 milliards d'euros. Mais juillet a aussi été actif dans les services financiers, avec des opérations de fusions de Caisses d'épargne espagnoles, dont le rapprochement de Bancaja et Caja Madrid, pour plus de 8 milliards de dollars«, rapporte le journal français Les Echos. Au total, sur les sept premiers mois de l'année, l'activité des fusions-acquisitions est en hausse. Elle a enregistré près de 1.500 milliards de dollars d'opérations, soit 14% de plus qu'un an auparavant. «La plus grosse transaction à ce jour reste le rachat, en janvier dernier, de 52% d'Alcon par le suisse Novartis, pour 28 milliards de dollars«, estime le journal. Mais nous sommes encore très loin du précédent pic des fusions-acquisitions en 2007. Le volume avait atteint 4.000 milliards de dollars.En termes de classement, Goldman Sachs accapare la première place des conseils au niveau mondial. Le Credit Suisse, lui, est en tête en Europe. Les fonds d'investissements contribuent, pour leur part, pour 27 milliards de dollars de fusions-acquisitions en juillet. «Un plus gros poids qui devrait se maintenir, après des années 2008 et 2009 de discrétion. Ces fonds disposent en effet de moyens considérables«, relève Le Figaro.Toutefois, de nombreux banquiers d'affaires estiment qu'il est encore un peu tôt pour saluer la reprise des fusions-acquisitions en Europe et en France. Pour René Proglio, président de Morgan Stanley France, «il n'y a pas eu beaucoup de mouvements stratégiques de la part des grandes entreprises, on a surtout vu de l'activité du côté des fonds. Les quelques opérations significatives annoncées en juillet étaient déjà dans les tuyaux. Il est trop tôt pour parler de renaissance«.M.Az

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc