×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Frénésie d’approvisionnement au Liban

Par L'Economiste | Edition N°:2324 Le 21/07/2006 | Partager

. Le blocus israélien se fait ressentir Les rayons alimentaires des magasins se vident avec la frénésie d’approvisionnement des Libanais, prêts à affronter le pire après une semaine de bombardements israéliens intensifs sur le Liban soumis à un blocus total. “Depuis une semaine, mes ventes ont augmenté de 200%”, a déclaré Camille Najjar, propriétaire d’une petite épicerie du quartier chrétien d’Achrafiyeh. Dans un grand supermarché de la capitale libanaise, proche de la rue autrefois très élégante de Hamra, les étalages sont normalement achalandés, rapporte l’AFP. Les légumes et fruits sont frais, y compris ceux d’importation tels les ananas d’Afrique et les grosses mangues d’Egypte. “Nous puisons pour l’instant dans nos propres stocks et pouvons tenir comme cela environ deux semaines. Après on verra”, dit un responsable du magasin. Dans d’autres régions, à en croire la presse, les supermarchés sont déjà vides. L’aviation israélienne a détruit une importante société de distribution de produits alimentaires à Kfarchima, à l’est de Beyrouth et la plus grosse laiterie du pays, Liban-Lait, dans la plaine de la Bekaa (est). Pour la ministre des Affaires sociales Nayla Moawad, “Israël mène une offensive pour affamer les Libanais”. Sur le plan médical, la situation est sur le fil du rasoir. Les pharmacies de la capitale peuvent tenir pendant deux ou trois mois. Mais les médicaments se feront très rapidement rares avec une demande de plus en plus élevée des hôpitaux où arrivent des centaines de blessés. Par ailleurs, Jihad Azour, le ministre libanais des Finances, a déclaré le 20 juillet que l’offensive israélienne contre le Liban a déjà infligé des dégâts évalués à plusieurs milliards de dollars, mais la situation financière du pays demeure stable. “Le pays a accumulé une expérience en termes de gestion de crise. En outre, la Banque centrale a des réserves en devises d’une valeur de 13 milliards de dollars”, a-t-il dit. L’endettement public du Liban, très élevé, est estimé à 38,8 milliards de dollars (170% du PIB), un des taux les plus élevés du monde. Le ministre a toutefois souligné que la balance des paiements avait accusé un excédent de 1,8 milliard de dollars à la fin juin 2006, contre un déficit de 1,5 milliard de dollars en juin 2005”. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc