×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

France: Un permis probatoire destiné aux jeunes

Par L'Economiste | Edition N°:1703 Le 12/02/2004 | Partager

. Objectif: Réduire les accidents de la circulationLE gouvernement français a lancé hier mercredi une campagne nationale de sensibilisation au permis probatoire, résolument axée sur les jeunes, qui se déroulera du 23 février au 31 mai, principalement dans la presse écrite et sur Internet. “Le permis de conduire devient de plus en plus précieux”, a déclaré le ministre des Transports Gilles de Robien, en dévoilant cette campagne lors d'une conférence de presse au ministère. La campagne se déroulera dans les principaux quotidiens nationaux et dans les hebdomadaires, notamment les suppléments télévision très lus par le jeune public. Des bannières publicitaires seront aussi mises en ligne sur des sites Web fréquentés par les jeunes. La prévention visant les 15-24 ans est l'une des deux priorités de 2004 de l'action gouvernementale en matière de sécurité routière. C'est dans les trois années qui suivent l'obtention du permis de conduire que le risque d'accidents est le plus élevé. Ainsi, les 18-24 ans (les plus nombreux parmi les conducteurs novices) représentent 1/4 des victimes des accidents de la route.Les auto-écoles se félicitent de l'arrivée du permis probatoire et se disent préparées à mieux former des apprentis conducteurs qui, dès le 1er mars, n'auront que six points au lieu de douze en obtenant leur examen.Gérard Acourt, président de l'Association ECF, l'école de conduite française, estime ainsi que ce permis “fragilisé” va responsabiliser les jeunes automobilistes, qui pourraient notamment se tourner davantage vers les conduites accompagnées, très positives en termes de qualité de formation.“Il faut que le jeune comprenne qu'il peut désormais perdre son permis en relativement peu de temps”, a-t-il déclaré à l'AFP. “Je ne pense pas que beaucoup de jeunes vont perdre leur permis”, a toutefois prédit Acourt. “Il y aura une prise de conscience dans les six premiers mois”.Le coût moyen d'une formation au permis de conduire est d'environ 1.000 euros, avec un taux de réussite d'environ 50%. Les auto-écoles proposent de plus en plus des formations en marge, comme des stages obligatoires ou facultatifs permettant de récupérer des points perdus.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc