×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    France: La grande distribution hausse les prix

    Par L'Economiste | Edition N°:2848 Le 28/08/2008 | Partager

    . Monoprix a enregistré les plus fortes augmentations. Les supermarchés Atac plus modestesLes prix des produits alimentaires ont grimpé de plus de 6% entre septembre 2007 et mai 2008, selon une enquête de l’UFC-Que Choisir. Une inflation que le gouvernement espère freiner avec la loi de modernisation (LME), applicable depuis peu. Les enseignes de la grande distribution ont augmenté leurs prix de 6,6% en moyenne de septembre 2007 à mai 2008, selon cette enquête publiée dans le mensuel de l’association de consommateurs daté de septembre. Monoprix a enregistré les plus fortes hausses (+9%), indique l’enquête réalisée auprès de 1.145 magasins et basée sur 67.411 prix relevés. Hyper U/Super U, Carrefour, Cora, Géant Casino et Auchan ont augmenté les prix de plus de 7%. Les supermarchés Atac (Auchan) affichent des hausses plus modestes (+4%), tout comme Intermarché et Leclerc, qui ont augmenté leurs prix de respectivement 5,5% et 5,8%. Les prix des produits alimentaires n’ont cessé d’augmenter depuis mi-2007, en partie à cause de la flambée des prix des matières premières agricoles. Une étude du cabinet Nielsen, réalisée pour l’hebdomadaire spécialisé LSA à paraître jeudi prochain, montre que les prix des produits alimentaires ont encore augmenté en juillet (+4%), après +3,9% en juin. L’Institut national de la statistique avait de son côté indiqué mi-août que l’alimentation avait augmenté en juillet de 6,4% sur un an. Mais le gouvernement compte sur la LME, adoptée cet été et immédiatement applicable, pour inverser la tendance. Cette dernière autorise les distributeurs à négocier les tarifs de leurs fournisseurs, ce que les enseignes n’avaient pas le droit de faire depuis 1996. Les distributeurs, menés par Leclerc, avaient réclamé cette réforme, promettant qu’elle permettrait de freiner l’inflation. Carrefour a d’ores et déjà lancé l’offensive, promettant depuis la semaine dernière de baisser les prix jusqu’à 20% sur 300 produits de grandes marques. «La LME va permettre une concurrence sur les produits de grandes marques. Les produits à marque de distributeurs (MDD) ne devraient plus augmenter si les matières premières n’augmentent pas», a commenté Jérôme Bédier, président de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution. «Les industriels de grandes marques sont conscients que le consommateur ne suivra pas les hausses de prix», a-t-il ajouté, estimant que l’étude de l’UFC-Que Choisir n’est «pas une révélation».Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc