×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

France: Crédit Agricole dans le rouge

Par L'Economiste | Edition N°:2848 Le 28/08/2008 | Partager

. Résultat trimestriel en forte baisseLE Crédit Agricole devrait annoncer aujourd’hui, jeudi 28 août, un résultat trimestriel en forte baisse, voire négatif, en raison de la poursuite de la crise financière mais aussi de la morosité de l’économie française qui risque de peser sur les activités de la première banque de détail du pays. S’agissant du résultat net du 2e trimestre, les prévisions des analystes divergent sensiblement: Deutsche Bank table sur un bénéfice de 337 millions d’euros et Société Générale de 126 millions, après 1,3 milliard en 2007, alors que KBW s’attend à une perte sèche de 111 millions d’euros. Comme lors des deux trimestres précédents, les dépréciations d’actifs liés aux crédits américains à risque («subprime»), qui pourraient atteindre jusqu’à 1,5 milliard d’euros au 30 juin, devraient faire plonger dans le rouge les comptes de sa filiale Calyon, la banque de financement et d’investissement. Depuis mai, Calyon travaille à son redimensionnement sous la houlette de son nouveau directeur général, Patrick Valroff. Sa nouvelle organisation, resserrée autour de quelques grands métiers, sera présentée aux investisseurs le 10 septembre. Alors que la banque verte n’a pas fini de solder les comptes du «subprime», elle se trouve confrontée à un nouveau défi: le risque de récession auquel fait face l’économie française, dont le PIB a reculé de 0,3% au second trimestre. Certes, la banque a réussi en juin son augmentation de capital de 5,9 milliards d’euros et a donc les reins solides pour faire face à la montée attendue des impayés. Mais «en France, elle n’est pas la mieux placée pour affronter un retournement du cycle de crédit. La plupart des banques vont en souffrir, mais le Crédit Agricole plus que les autres à cause de sa stratégie de +mass market+ dans la banque de détail», expliquent les analystes de Deutsche Bank dans une note. Les 39 caisses régionales du Crédit Agricole comptent 20 millions de clients et LCL 6 millions.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc