×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

France: Chute de rémunération du livret A

Par L'Economiste | Edition N°:1566 Le 22/07/2003 | Partager

. Baisse prévue de 3 à 2,25%. Petits porteurs, parti communiste… contre la décisionAlors que le gouvernement français a annoncé hier une baisse de la rémunération du livret A, les réactions ne se sont pas fait attendre. Mesure impopulaire pour les communistes, le député Maxime Gremetz estime qu'il s'agit d'une «nouvelle attaque contre les couches populaires et les classes moyennes«. Le taux d'intérêt versé passe de 3%, actuellement à 2,25% à compter du 1er août. L'Etat garantit en effet la rémunération de l'épargne des 46 millions de Français qui ont ouvert un livret A, totalisant 117 milliards d'euros d'encours à fin mai.«Contrairement à ce qu'affirme le gouvernement, son choix ne favorisera en rien un meilleur financement du logement social et des PME«, poursuit l'élu communiste. En effet, l'expérience des diverses baisses des taux de rémunération des produits d'épargne a révélé par le passé le retrait massif d'encours par les 46 millions de Français détenteurs de livrets, indique le député. Selon lui, c'est pour pousser les Français à se tourner vers les marchés financiers. La baisse des taux de la Banque centrale européenne a stimulé la pression des lobbies. Notamment, la Caisse des dépôts et consignations et les organismes HLM. Une baisse de rémunération du livret A signifie soit une baisse des loyers, soit une augmentation des constructions. Les petits porteurs, eux, ne sont pas de cet avis. Dès hier matin, l'association SOS petits porteurs a lancé une pétition sur Internet pour s'opposer à la baisse du taux d'intérêt annoncée. «Tant qu'il n'aura pas contraint les établissements financiers à indemniser le million de petits épargnants qui ont été orientés en 2000 vers des placements boursiers, comme la Poste, la Caisse d'épargne, le Crédit Agricole et même le Trésor public«, les responsables de l'association demandent à ce que le gouvernement ne touche pas à l'épargne populaire.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc