×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Forum Francophone et partenariat

    Par L'Economiste | Edition N°:30 Le 21/05/1992 | Partager

    Avec la création de l'Association Marocaine du Forum Francophone des Affaires, le 28 Février 1992, le Maroc est désormais officiellement représenté au Forum Francophone des Affaires (FFA).
    Voulant saisir l'opportunité de l'usage commun de la langue française pour nouer de nouvelles relations de partenariat et approfondir celles déjà existantes, certains membres de la délégation marocaine, notamment la BMCI, la BMCE et Indusalim, ont vite ressenti la nécessité de s'organiser autour d'un noyau qui permettrait de promouvoir le Maroc et le produit marocain.
    D'autant que l'espace économique francophone totalise quelque 200 millions de consommateurs et environ 420 millions de Francs d'échanges extérieurs.
    Devant cette réalité tant culturelle et politique qu'économique, il est apparu opportun de mettre sur pied une entité juridique marocaine, d'où la création de l'Association Marocaine de Forum Francophone des Affaires.

    Celle-ci compte déjà 20 membres représentant divers secteurs et projette de devenir opérationnelle en Septembre ou Octobre prochains.
    Créé à l'initiative des hommes et femmes d'affaires québécois pour accompagner chaque Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement francophones, le FFA, dont les premières rencontres ont eu lieu au Québec en 1987, à Dakar en 1989 puis en France en 1991, rassemble les chefs d'entreprise désireux de développer et de resserrer les liens économiques.
    D'après M. Mohamed Nour-Eddine MRINI, ingénieur conseil à la BMCI et Président de l'Association, l'adhésion du Maroc au FFA représente un enjeu de taille du fait de la position géographique du Canada (un pays francophone dans un univers anglophone) de l'importance de son marché et de son expérience des contraintes américaines en matière de qualité, d'hygiène, de normalisation etc... Le marché nord américain servira ainsi de tremplin pour acquérir l'ensemble du continent.

    En outre, la Roumanie et l'Ukraine, qui ont participé à la troisième édition du FFA en 1991, constituent d'excellents points d'ancrage en Europe de l'Est, estime M. M.N MRINI.
    En utilisant la francophonie, l'association marocaine du FFA espère "élargir ses horizons, diversifier ses produits et débouchés et développer le partenariat en invitant les entreprises à venir investir au Maroc, dont les potentialités sont énormes surtout en matière agricole et agro-alimentaire. "Le retour au "Bio" est de plus en plus important dans les pays industrialisés. Celui-ci requiert de grandes surfaces agricoles, et elles existent au Maroc", explique le Président de l'Association, confiant.

    Le tremplin de la francophonie est remarquable et c'est aux marocains de l'exploiter s'ils veulent atteindre une dimension véritablement internationale." L'Association marocaine du FFA reste ouverte à toute entreprise marocaine désireuse de se développer, rappelle M. MRINI.

    H. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc