×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Forum EuroMed Capital
    Vif succès de la rencontre de Tunis

    Par L'Economiste | Edition N°:2772 Le 08/05/2008 | Partager

    . Projet de constitution d’un réseau Business Angels euro-maghrébin . L’objectif est de booster la dynamique de l’investissement Plus de 500 acteurs économiques, entrepreneurs, gestionnaires de fonds d’investissement, banquiers et décideurs économiques, mais aussi organisations et associations professionnelles venues de 25 pays des deux rives de la Méditerranée, se sont donné rendez-vous à Tunis à la fin du mois d’avril (www.leconomiste.com). Objectif: débattre du rôle du capital investissement dans le financement des petites et moyennes entreprises (PME). Une occasion de partager les expériences et de débattre autour de la dynamique de l’investissement en capital dans la région EuroMed. Tous les participants étaient unanimes sur le rôle du capital investissement comme accélérateur de croissance dans les pays du pourtour de la Méditerranée, au nord comme au sud. Un rôle qui consiste à soutenir l’éclosion des PME. Ces dernières, estiment les experts, ont une part importante à prendre en matière de développement de l’investissement et de l’emploi dans l’ensemble de la région Méditerranée. D’ailleurs, un projet de mise en place d’une agence d’appui de développement de ces entités, est en cours.Globalement, le forum a été organisé autour de 7 séances plénières et 9 tables rondes articulées autour de thématiques diverses. D’importantes idées à concrétiser ont émergé de cette rencontre. Arrive en tête le rôle incontestable du «venture capital» dans le développement des tissus d’entreprises fortes, saines et créatrices d’emploi au nord comme au sud de la Méditerranée. Ce forum confirme ainsi son rôle comme outil privilégié du développement du secteur privé et des partenariats entre entreprises du nord et du sud, tous deux facteurs de création d’emploi et de transfert de savoir-faire. Autre idée, les prémices de constitution d’un réseau Business Angels (capital amorçage) euromaghrébin pour booster la dynamique de l’investissement dans cette zone. Autre question phare, celle liée au projet de l’Union pour la Méditerranée, considéré comme une cure de jouvence du processus de Barcelone, un projet jugé à l’unanimité comme fort ambitieux et pragmatique qui promet d’ouvrir de nouveaux horizons de partenariat.


    Nouveau souffle pour Barcelone

    Le Projet de l’Union pour la Méditerranée (PUM) a, selon Alain Le Roy, ambassadeur chef de la mission Union pour la Méditerranée, pour objectif d’aboutir à une plus grande convergence dans l’ensemble des pays méditerranéens. «Lesquels pays partagent une histoire commune, politique, économique et culturelle. Cette idée était déjà à l’origine du processus de Barcelone qui avait besoin d’un nouveau souffle». D’ailleurs, rendez-vous est pris par plus de 40 chefs d’Etat de la Méditerranée et d’Europe pour le sommet du 13 juillet prochain, rappelle-t-il. «Il est très important que ce processus soit coprésidé par un pays du nord et un pays du sud avec un secrétariat paritaire. Si Barcelone n’a pas été le succès que l’on souhaitait, le PUM s’annonce comme un nouveau souffle politique valorisé par une dimension économique forte portée par des projets concrets et structurants qui créent des solidarités de fait». A l’idée de la mise en place d’une institution financière dédiée pour la région, Le Roy considère qu’elle a un sens. Mais qu’à la date du 13 juillet, «il sera trop tôt pour aboutir à une décision». Selon lui, il existe déjà de nombreux instruments financiers développés par la BEI, la BAD, la Banque mondiale, les agences de coopération…, «une réflexion pour mieux coordonner les ressources financières en Méditerranée est en cours de discussion». De notre correspondante à Tunis, Yousra MAHFOUD

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc