×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Forum de DavosLa Chine monte, l'Asie monte... Et nous?

Par L'Economiste | Edition N°:1445 Le 27/01/2003 | Partager

Une des plus grandes banques d'affaires et peut-être le plus prestigieux des centres de recherches, Conference Board, sont catégoriques: le monde est toujours aussi dépendant de l'économie américaine, et comme celle-ci ne va pas très bien, l'année 2003 sera morose. Elle sera même mauvaise si la guerre Bush lance ses troupes sur Bagdad. Et comme à part quelques Américains, tout le monde à Davos a l'air de penser qu'il y aura la guerre.... Les «Chino-dollars»L'économie américaine est donc en berne. L'économiste du Conference Board a fait sensation en disant que la Chine sauverait le dollar! Pour elle, le dollar continuerait de baisser face à l'euro, sans cependant s'effondrer et ce, malgré la bonne réponse conjoncturelle apportée par le gouvernement américain à la crise des attentats puis à la crise de confiance suite aux affaires Enron, Worldcom... Ce qui sauvera le dollar est donc la Chine, et voici pourquoi, selon elle: c'est en Chine que se trouve la principale capacité de croissance (les lecteurs de L'Economiste le savent depuis déjà quelque temps, grâce aux chroniques régulières sur la Chine qu'ils trouvent dans leur quotidien). Or, la Chine se sert et continuera à se servir du billet vert pour ses transactions, et seul le billet vert a une puissance de réserve et de circulation suffisante pour approvisionner la croissance chinoise.En tout cas, la question va passionner les spécialistes des monnaies: tout comme la création de la monnaie unique de l'Union européenne, l'usage externe du dollar dans les proportions qu'on devine pour la croissance chinoise serait un mouvement absolument inédit: Un cinquième de l'humanité, une croissance à 7% par an, une gouvernance politique pas très démocratique mais très efficace, se serviraient du billet vert. Les pétrodollars des années 70, à côté des «Chino-dollars», n'auront été que du «pipi de chat» comme on dit.Dans un des halls du Centre de conférence de Davos, un stand, dont les étagères présentent de la documentation. Les stands sont très chers, il y en a peu car les organisateurs du World Economic Forum ne veulent pas que leur manifestation devienne une foire.. Mêmes étagèresVous ne le repérez que lorsque vous êtes en train de vous approcher du stand: hop! il se matérialise à côté de vous, anglais impeccable, il est déjà en mouvement pour vous faire choisir les documents en fonction de ce que vous avez l'air d'être: femme d'affaires, politicienne... journaliste! «Alors il vous faudrait tout», dit-il en se penchant dans un léger salut. En un clin d'oeil, il a repéré votre langue et s'y est mis tout de suite. Il offre sa carte de visite... prenant soin de choisir celle qui est en chinois et en français. «Je n'en ai plus en arabe, demain, je vous en donnerai». «Ces documents, cela fait trop lourd pour vous. Vous voulez bien me donner votre e-mail? Je vous envoie la documentation et aussi tout ce que je trouverai à l'avenir susceptible de vous intéresser». Du grand art diplomatique et commercial. Amis lecteurs, j'entends d'ici vos pensées: «Et nous, pourquoi nous ne ferions pas aussi la même chose...». Sans doute parce que nos responsables à nous ne servent pas la même idée du développement, de la croissance... que cet impeccable fonctionnaire chinois.Mais, attendez! vous n'êtes pas encore au bout de vos surprises.A côté de ce charmant Chinois s'est matérialisé un autre asiatique. C'est un Malaisien. Ils partagent tous les deux les mêmes étagères, dans ce petit coin du Forum. Ils ne partagent pas que cela: même dynamisme, même sourire commercial, mêmes offres de documentation... Et vous vous dites qu'ils partagent donc la même vision stratégique du monde.Les forces qu'ils ont commencé à mettre en commun dessinent une planète qu'on ne fait que deviner mais qui est déjà en ordre de marche.Que dire devant ce gigantesque mouvement tectonique qui se prépare? Que L'Economiste avait mille fois raison de vous parler depuis longtemps de cette planète où le Maroc deviendrait une impasse dans le quartier de l'Union européenne lui-même glissant vers la périphérie du Monde, si de ce côté-ci de la planète, nord et sud de la Méditerranée ne savent pas créer quelque chose de commun pour rester puissant. Sans doute, mais il ne sert à rien d'avoir raison, s'il n'y a pas de leaders suffisamment volontaires et visionnaires pour incarner ce qui n'est qu'une idée, une idée évidente, mais seulement une idée, pas une action. N. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc