×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Formation professionnelle
Les prémices d’un dénouement

Par L'Economiste | Edition N°:1884 Le 27/10/2004 | Partager

. Le Comité régional des CSF demande une réunion des procédures . Des contrôleurs à plein temps devront s’assurer de la réalisation des plans de formation Après le scandale des contrats spéciaux de formation (CSF) qui a secoué l’Office l’été dernier, les responsables de la formation professionnelle ont décidé d’activer les remboursements des CSF. C’est suite aux inlassables requêtes des opérateurs privés pénalisés par l’arrêt total du système. Aussi, les représentants du Comité régional des CSF du Grand Casablanca se réunissent-ils deux fois par semaine depuis le 18 octobre afin d’étudier les dossiers de remboursement. «Nous nous penchons sur la nécessaire révision du manuel des procédures», souligne un membre du comité. Reste qu’au sein du secrétariat d’Etat chargé de la FP, les responsables ne sont pas du même avis. «Le Comité régional a pour principale mission d’étudier les dossiers de remboursement. Il n’a pas le droit de réviser le manuel des procédures», soutient-on auprès du secrétariat d’Etat chargé de la FP. Entre-temps, les remboursements sont débloqués sur la base des dossiers traditionnels auxquels s’ajoute une attestation signée par un directeur central de l’Office et qui prouve l’existence effective des sociétés qui demandent un remboursement. Selon Larbi Bencheikh, DG de l’OFPPT, la CNSS a déjà été saisie pour communiquer une liste des entreprises éligibles au remboursement au titre des CSF (entreprises à jour dans le paiement de la taxe de formation professionnelle). Le Comité de gestion des CSF a par ailleurs renforcé le contrôle qui est désormais davantage «physique». En effet, 8 personnes ont été désignées pour contrôler à plein temps l’exécution des plans de formation. «Le contrôle atteindra plus de 50% des actions réalisées à Casablanca. En revanche, tous les plans de formation hors Casablanca seront contrôlés à 100%», indique Bencheikh. Il convient de rappeler que des centaines de dossiers sont actuellement bloqués (900, selon des sources ministérielles) et dont la valeur dépasse les 170 millions de DH. Outre le secteur de la formation professionnelle qui est à genoux, ce sont aussi et surtout les organismes formateurs qui subissent de plein fouet les conséquences de ce blocage. Par ailleurs, la tenue du conseil d’administration de l’Office ne semble pas être à l’ordre du jour, «du moins pas encore», ne cessent de répéter les responsables du secrétariat d’Etat. Les informations fusent de toutes parts, mais ce sera probablement après le mois du Ramadan.


Révision

Une commission chargée d’étudier la révision du manuel des procédures, a été créée lors de la réunion du Comité de gestion mardi 12 octobre dernier. Ce manuel serait, selon certains membres du Comité régional des CSF, à l’origine de la majorité des détournements qui ont caractérisé le système des contrats spéciaux ces dernières années. «Sa révision devient donc une nécessité. Il en va de la crédibilité de la formation professionnelle au Maroc», s’écrie-t-on auprès du CRCSF. La commission chargée de la révision est composée d’un représentant du ministère des Finances, un autre du ministère du Commerce et d’Industrie et un troisième du secrétariat d’Etat chargé de la Formation professionnelle. Les employeurs et les salariés ont également un représentant chacun. Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc