×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Formation: Les entreprises aspirent à plus de spécialisation

    Par L'Economiste | Edition N°:295 Le 11/09/1997 | Partager

    Après un premier contact avec les associations professionnelles, M. Mourad Chérif, ministre de l'Habitat, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle promet d'étudier leurs propositions sur la définition de nouvelles niches de formation et la restructuration de filières.


    «L'emploi ne se décrète pas», confie M. Mourad Chérif, ministre de l'Habitat, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle à L'Économiste. Pour lui, les trois départements comportent des synergies claires. Ces synergies serviront pour la réalisation d'une meilleure adéquation formation/emploi. Ainsi, un projet de formation-insertion figure en bonne place dans l'agenda du nouveau ministre. En attendant, les suggestions du monde industriel sont essentielles. Présidée par M. Chérif, une séance de travail avait réuni le mardi 9 septembre les associations professionnelles et l'état-major de l'OFPPT.

    Créativité et conception


    L'essentiel des propositions s'orientent vers des formations spécifiques d'une grande technicité. Celle de M. Abdelhak Mounir de la Fédération des Industries Métallur-giques, Mécaniques et Electriques du Maroc concerne les domaines de créativité. «Pour sortir du cercle vicieux de la mauvaise copie, il nous faut des écoles de conception».
    Ces propositions seront étudiées dans des réunions ciblées avec chacune des associations, promet le ministre. Il est possible qu'à l'issue de ces discussions des filières soient redéfinies et restructurées.
    La Fédération des Industries Electriques et Electroniques se félicite qu'il y ait plusieurs centres de formation sur ses métiers. Elle ressent toutefois un besoin au niveau de l'activité réseau. Selon M. Mohammed Hjiej, président de la Fédération, les besoins du secteur ont été estimés par une étude à quelque 10.000 personnes.
    M. Abdellah Hasanoui, président de la Commission de la Formation de l'Association Marocaine des Industries du Textile et Habillement (AMITH), privilégie la préparation des stagiaires à ce qui les attend dans le monde professionnel. «Il faut que les centres de formation accordent beaucoup d'importance à la transmission des notions de rigueur et de comportement sérieux».
    La Fédération des Industries du Cuir (FEDIC) est, elle, demandeur de formations très spécifiques. Pour M. Abdenacer Lahrichi, secrétaire général de la FEDIC, les métiers de cuir n'étant pas standardisés exigent une grande technicité. C'est également la proposition de l'Association Marocaine des Professionnels du Froid qui souffre de ne pas disposer de compétences notamment dans le transport frigorifique et dans la protection de l'environnement.

    Autonomie


    Les entreprises de bâtiment et travaux publics veulent axer l'essentiel de la formation sur celle des adultes. «Nous souhaitons aussi l'installation de centres de formation dans les lieux où existent de réservoirs de compétences», ajoute M. Bouchaïb Benhamida, président de la Fédération Nationale du Bâtiment et des Travaux Publics.
    Outre le contenu des formations, les opérateurs suggèrent que les centres de formation soient dotés de plus d'autonomie dans leur gestion. Il y en a qui vont jusqu'à proposer leur privatisation. «Mais cela peut s'avérer difficile», souligne M. Mounir. «Le tissu industriel est dominé par les PME et PMI. Faiblement encadrées, il est rare que ces entreprises puissent déléguer un tuteur jusqu'à gérer un centre de formation», ajoute-t-il.
    Dans tous les cas, des expériences de coopération des professionnels commencent à prendre forme. Des industriels participent dans les comités de direction au recrutement des lauréats et à l'organisation de stages. De même, il existe des écoles où une partie du capital est détenue par des associations.
    C'est le cas notamment de l'ESITH, une école de formation d'ingénieurs et de techniciens spécialisés dans le textile. Elle est gérée par une société de droit privé, filiale de l'OFPPT.

    Malika El JOUHARI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc