×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

FNAVM: Amal Meddoun rejette sa «destitution»

Par L'Economiste | Edition N°:524 Le 08/06/1999 | Partager

Le président de la Fédération Nationale des Agences de Voyages du Maroc (FNAVM), M. Amal Meddoun, conteste la procédure de destitution engagée contre lui par une partie des membres du Conseil d'Administration de la Fédération réunie le 29 mai dernier à Rabat. Il affirme n'avoir été informé de décisions prises que par le biais de L'Economiste. Pour M. Meddoun, c'est clair: la convocation de cette assemblée générale était illégale et non conforme aux statuts.
Comme par miracle, poursuit-il, "en lieu et place de cette assemblée générale, une réunion de certains membres a eu lieu sans convocation, ni ordre du jour apparent". Une initiative provenant de ceux-là mêmes qui ont signifié par écrit et ce, depuis longtemps, leur dénigrement et la non-participation au Bureau fédéral et sans jamais prendre part à aucune action menée par le Bureau légal de la Fédération, souligne-t-il. De ce fait, il leur dénie toute légitimité pour une action qui est hors des dispositions statutaires de la Fédération.
Plutôt que de citer sept régions présentes, si toutefois on aurait voulu considérer certaines présences: précisons que les présidents des associations régionales de Tanger, Fès, Meknès, Centre Atlantique, Béni-Mellal, Agadir, sans citer le président légal de Rabat (c'est-à-dire lui-même), n'étaient pas présents.
Il en est de même pour le secrétaire général et le secrétaire général-adjoint de la FNAVM. Ceci tout en considérant que le président de la Fédération Nationale n'était avisé officiellement d'aucune façon que ce soit.
La question reste posée par rapport à quelques membres isolés de certaines associations régionales dont les présidents n'auraient pas donné leur avis quant à cette «réunion de dernière minute». Peu importe d'où émane le mot «destitué» car, ce qu'il faut savoir en vérité, c'est que je suis pratiquement au terme de mon second mandat et que je remercie l'ensemble des collègues de m'avoir toujours fait confiance et les assure de ma mobilisation totale jusqu'à la fin de ma mission.
Pour preuve, lors de mon premier mandat, j'ai obtenu un vote, pratiquement à l'unanimité et pour un second mandat, de plus de 80%. Je ne saurais tenir compte des détracteurs déçus pour leur incapacité et leur manque de crédibilité à accéder à cette confiance. Je ne reconnais nullement les décisions prises le 29 mai 1999.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc