×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Finances publiques
Le Trésor de retour sur le marché

Par L'Economiste | Edition N°:2739 Le 20/03/2008 | Partager

. 2 à 3 milliards de DH en bons seront échangés. Financement intérieur: 27 milliards «d’appétit»Fini le temps où le «trésor s’endettait quand il est en situation de déficit mais s’abstenait d’effectuer des placements en cas d’excédent». L’annonce a été faite mardi par le directeur du Trésor et des finances extérieures lors d’un point de presse tenu à Rabat. Pour Zouhair Chorfi, l’année 2008 sera consacrée à l’amélioration de gestion de la trésorerie publique. A cet effet, une convention sera signée avec Bank Al-Maghrib. L’objectif est de permettre au Trésor d’investir le marché monétaire à des fins de gestion active de la trésorerie publique. Certes, le retour du trésor sur le marché des capitaux a été annoncé déjà en 2007 mais compte tenu des incidences qu’il aurait eu sur l’aggravation des taux il a dû être différé. «Si nous étions entrés il y a deux semaines, nous aurions fait augmenter les taux de 50 points de base», fait remarquer Chorfi.Et, si on remonte encore à quelques semaines, les taux auraient été aggravés de 200 points de base, soit 2%.Maintenant les conditions s’annoncent plus favorables. Déjà, les réformes réalisées en 2007 augurent d’une consolidation de la situation. Sont cités dans ce cadre, le remboursement intégral et définitif des avances conventionnelles de Bank Al-Maghrib ainsi que le début de retrait des dépôts des particuliers (auprès de Barid Al Maghrib) logés dans les circuits du Trésor. Toutefois des ajustements s’avèrent encore nécessaires. A commencer par l’affinement des prévisions de la trésorerie publique et le déploiement du système des télé-adjudications. Aussi les objectifs pour 2008 visent-ils deux axes d’intervention. Au niveau de la gestion active de la dette intérieure, des opérations de rachat et d’échange de bons de trésor seront lancées. Et les prévisions tablent à cet égard, sur un volume qui pourrait se situer entre 2 et 3 milliards de DH. Mais il s’agit aussi de mobiliser des financements à moyen et long termes. Dans ce cadre, les besoins de financement intérieur du Trésor sont estimés pour l’année 2008, à 27 milliards de DH en termes bruts et à 7 milliards en termes nets. L’autre axe a trait au maintien d’un solde positif des financements extérieurs à travers une mobilisation plus accrue des ressources auprès de l’UE et des institutions de développement. L’objectif étant de financer les programmes de réformes ainsi que des projets d’investissement inscrits au budget. Le tout sera accompagné par la poursuite des opérations de gestion active de la dette extérieure.


Fin du rééchelonnement

L’un des faits marquants ayant caractérisé l’endettement du Trésor durant l’année 2007 est à ne point douter, la clôture du rééchelonnement de la dette avec remboursement anticipé. L’opération a été rendue possible grâce à l’émission sur le marché financier international d’un montant de 500 millions d’euros. C’est le produit de ce placement avec un spread de 55 points de base et une maturité de 10 ans qui a permis de régler le reliquat du Club de Londres et de mener à terme le 6e et dernier accord avec le Club de Paris. L émission, dont se félicite Chorfi, a été notée « Investment grade » par Standard et Poor’s et Fitch Ratings. A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc