×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Financement
C’est le moment d’investir!

Par L'Economiste | Edition N°:2302 Le 21/06/2006 | Partager

. Le taux d’intérêt n’est plus un obstacle . La BCP secoue le cocotier. Toutes les catégories d’entreprises concernéesC’EST le moment où jamais d’investir! En annonçant un taux de sortie fixe de 5,50% sur les crédits à moyen terme, le Groupe Banque Populaire vient de faire sauter un verrou lié à l’accès au financement bancaire. Bien entendu, les petites, moyennes comme les très petites entreprises sont les premières visées. Actuellement, les autres banques de la place facturent à la PME/PMI un taux variant entre 7,50 et 8%. Les grandes entreprises, elles, n’ont aucun mal à négocier les taux débiteurs avec leur banquier.Dans tous les cas, la première banque publique lance un signal fort à l’ensemble des opérateurs. Les conditions de financement tant décriées par les décideurs politiques et les instances multilatérales ne constituent plus un obstacle à l’investissement. Le groupe n’en est pas à sa première initiative. En 2005, la BCP avait décidé de facturer à 6,95% le crédit à l’investissement à l’ensemble des entreprises, quelle que soit leur taille. En 2006, elle continue donc sur sa lancée. «Attention, ce n’est pas une mesure prise à la hâte! Elle émane de notre engagement formulé dans l’offre globale dédiée à l’entreprise», tient à souligner Hassan El Basri, directeur général-adjoint, chargé du pôle Développement. La baisse des taux débiteurs constitue en effet l’un des engagements majeurs du Business project élaboré par la BCP en début d’année afin notamment de faciliter l’accès au financement des entreprises (www.leconomiste.com).Concrètement, tout projet de création, d’extension ou de modernisation fera l’objet d’une étude classique. «Les dossiers bancables sélectionnés se verront appliqués le taux de sortie de 5,50% sans aucune majoration de commissions», affirme le DGA. Donc sur ce plan-là, pas de mauvaise surprise à attendre. Le groupe BCP consent cette baisse car la solidité de ses fondamentaux le lui permet. En 2005, ses fonds propres caracolent à plus de 12 milliards de DH pour un total bilan de 120 milliards de DH. Le ratio cooke est à 22% (contre les 8% réglementaires) et le coefficient de division des risques dépasse les 2 milliards de DH. Le produit net bancaire (PNB) s’approche des 6 milliards de DH.Pour Hammad Kassal, président de la Fédération nationale de la PME, cette mesure ne constitue pas un simple effet d’annonce. En 2005, des tests anonymes initiés par la fédération ont confirmé le respect de l’engagement de la BCP à appliquer un taux unique de 6,95%. Pour mesurer l’impact de cette nouvelle baisse, le président de la fédération s’engage à mettre en place un baromètre de l’investissement et d’assurer un suivi mensuel auprès d’un panel de 200 PME.Un changement de mentalité est en train de s’opérer. «La BCP a compris que le risque ne peut plus être assumé exclusivement par l’entreprise tenue de présenter des garanties multiples. Il peut être couvert en partie par des fonds de garanties disponibles et encore largement sous-utilisés», explique Kassal. Cette nouvelle baisse de taux tombe à point nommé. L’économie renoue avec une croissance forte (7% prévus en 2006). Elle sera tirée non seulement par les performances de la campagne agricole mais aussi par le dynamisme des secteurs secondaire et tertiaire. «Le moment est opportun pour booster la relance de l’investissement en facilitant l’accès au financement», rappelle Basri. D’autant que la visibilité s’est nettement améliorée grâce aux chantiers structurants lancés par l’Etat et à la mise en branle de nombreux contrats-programmes. «Cette nouvelle vision de la gestion de la politique économique est de nature à rassurer les opérateurs et nous voulons accompagner ce regain de confiance», assure le DGA. Enfin, cette nouvelle baisse du taux de crédit à l’investissement devrait augmenter les chances de succès du programme Moukawalat concocté par le gouvernement en faveur des jeunes créateurs d’entreprises.


Business project: Une offre globale

En février 2006, la BCP a pris plusieurs engagements dans le cadre du Business project. Il s’agit d’un nouveau concept de services et produits visant à améliorer la relation banque/ entreprise. Il s’accompagne de la mise en place d’espaces dédiés avec des compétences spécifiques pour accompagner et conseiller les opérateurs dans la réalisation de leurs projets. Le concept ne s’appuie pas sur une spécialisation du réseau avec des agences destinées exclusivement aux entreprises mais sur l’aménagement d’espaces dans les points de vente avec des chargés d’affaires assurant le suivi des opérations et l’analyse des besoins.Outre l’accompagnement, le Business project prévoit la révision des tarifs appliqués aux opérations des entreprises. Une baisse qui devrait également profiter à la clientèle des particuliers. Mouna KABLY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc