×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Courrier des Lecteurs

    A fin juin 95 : Automobile: Les ventes de l'industrie locale en baisse de 35%

    Par L'Economiste | Edition N°:193 Le 17/08/1995 | Partager

    Le secteur automobile continue de naviguer dans les difficultés. Pour le premier semestre, le total des ventes de véhicules montés localement et du neuf importé, toutes catégories confondues, a régressé par rapport à la même période de 1994. Des vélléités de reprise sont toutefois enregistrées au niveau des voitures particulières importées.


    Le marché des voitures montées localement est toujours dans une phase dépressive. Au terme des six premiers mois de 1995, les transactions de voitures commerciales (ou voitures utilitaires légères-VUL-) et particulières (VP) ont chuté de 35,6%, comparativement à la même période de l'année précédente, à 3.490 unités. Le nombre de ventes est passé pour les VP et les VUL respectivement de 2.970 et 2.450 à 1.688 et 1.802. Pour juin 1995, les ventes totales ont été de 520 unités, en recul de 43,9% par rapport au même mois de l'année écoulée. Toutefois, comparé à mai 1995, le nombre de ventes a globalement grimpé de 83,7%. Il a atteint 245 contre 157 pour les VP et 275 au lieu de 126 en ce qui concerne les VUL. Est-ce le début d'une reprise consécutive à l'aménagement des droits de douane sur les voitures importées?

    Baisse des voitures d'occasion


    En dehors de Isuzu, uniquement présente sur le marché des voitures particulières, qui a progressé de 28,21% à 150 unités, la totalité des marques sont en baisse par rapport au premier semestre de l'année 94.
    Citroën a régressé de 18,06%, passant de 1.163 unités pour le premier semestre 1994 à 953 pour l'égale période de 1995. Cette situation est essentiellement imputée aux voitures commerciales, en recul de 21,21%, alors que les particulières enregistraient une légère montée de 0,59% à 169 unités.
    Fiat n'a pas fait mieux. Pour l'Italienne, essentiellement intéressée par les voitures particulières, les ventes ont été réduites d'un peu plus de la moitié à 192 unités.
    Land Rover, versée dans le créneau des "4x4", a supporté un moindre mal. La baisse des transactions n'a été que de 7,38%, passant de 149 unités pour le premier semestre de 1994 à 138 pour les six premiers mois de l'année en cours.
    Peugeot a suivi une direction analogue, avec une baisse de 19,44% à 1.007 unités. VP et VUL ont régressé de 11,27 et 49,81% respectivement à 874 et 133 unités.
    L'activité a été plus catastrophique pour Renault dont les ventes ont fondu de 55,38% à 1.050 unités. Les VP ont été les plus touchées avec une baisse de 68,26%. Les VUL reculaient pour leur part de 35,53%, passant de 926 au terme des six premiers mois de 1994 à 597 pour le premier semestre de 1995.

    Du point de vue des véhicules importés montés neufs, les ventes de VP et VUL ont été de 1.954 unités. Au total, les transactions de VP ont atteint 1.449 unités, en recul de 18% par rapport au premier semestre 1994 au lieu de -27% pour les cinq premier mois. Une reprise des ventes a été enregistrée au niveau de cette catégorie, en juin, par rapport au mois précédent. Elles ont atteint 358 unités contre 137, en accroissement d'un peu plus de 161%. Selon l'Amica, "cette reprise trouve son origine dans l'abaissement des prix des voitures de 8 à 10% suite à la révision des droits de douane à l'importation de véhicules neufs".
    Toutes gammes confondues, Renault se place en tête des ventes avec un total semestriel de 472 unités. Elle est suivie de la Coréenne Daewoo et de Peugeot avec 152 et 134 unités. Viennent ensuite Honda (91 unités) et Hyundai (90 unités). Les autres marques ont réalisé des transactions moins importantes en nombre.

    Les Asiatiques


    Il ressort des statistiques de l'AIVAM que pour les VUL la tendance est globalement à la hausse par rapport à l'année précédente. Au terme du premier semestre 1995, les ventes ont augmenté de 28% à 505 unités. Pour le seul mois de juin, la progression est de 30% par rapport au même mois de l'année écoulée.
    Dans cette catégorie, les Asiatiques réalisent de bons scores. Mitsubishi détient le pôle position avec 160 unités vendues sur les six premiers mois. En deuxième position, Toyota (84 véhicules vendus). Suivent Kia/Asia, Daewoo et Daihatsu dont les ventes s'élèvent respectivement à 70, 66 et 36 unités.
    Côté voitures d'occasion, il a été constaté une chute des dédouanements au cours du mois de juin suite à l'augmentation des droits de douane pour cette catégorie. Le taux d'évolution du cumul est en recul, passant de 83% au mois de mai à 43% en juin. Durant ce mois, le nombre de voitures dédouanées a chuté de 68,8% par rapport au même mois de l'année précédente à 1.921 unités.
    Quant aux poids lourds, le taux d'évolution du cumul 1994/1995 pour les camions a été de -6,8%. Toutefois, souligne l'Amica, une légère reprise par rapport au mois dernier a été enregistrée. Le taux d'évolution du cumul 94/95 pour les autobus et autocars a été de 25,85%. L'accroissement des ventes de cette catégorie de poids lourds se maintient avec la même cadence que le mois précédent.

    Alié Dior NDOUR.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc