×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Fès/tourisme
Guerre des chiffres entre professionnels et tutelle

Par L'Economiste | Edition N°:3501 Le 05/04/2011 | Partager
Les statistiques officielles font état d’une baisse de 4% en février
Les hôteliers parlent de 40 à 60% d’annulations

L’activité touristique a, certes, subi les effets de la crise, mais comparativement avec d’autres destinations, Fès s’en sort assez bien

LA guerre des chiffres entre l’Observatoire du tourisme et les professionnels continue. Au moment où le premier annonce une baisse de seulement 4% au titre du mois de février pour la ville de Fès, les responsables du Conseil régional du tourisme (CRT-Fès), eux, parlent d’une «crise sans précédent» qu’ils qualifient de «catastrophique». «Les annulations des réservations se multiplient. Nous avons enregistré entre 40 et 60% d’arrivées en moins par rapport à 2010…», indique Aziz Lebbar, président du CRT. «Nous n’avons aucune visibilité pour les prochains mois, d’autant plus que RAM n’a toujours pas honoré ses engagements en matière de dessertes internes entre Fès, Marrakech et Agadir», ajoute-t-il.
S’agit-il donc d’une réalité ressentie par tous les professionnels du secteur ou seulement par Lebbar qui veut justifier, en quelque sorte, la fermeture de l’une de ses trois unités à Fès? En tout cas, nombreux sont les hôteliers qui redoutent l’effet «20 février». Ils l’ont même signalé, pêle-mêle, au ministère de tutelle. «Tout le monde reconnaît la psychose créée par le vandalisme. Outre les annulations, s’ajoutent les problèmes des remboursements et le manque de communication», expliquent-ils. Et de proposer, «comme pour le plan de relance Cap 2009 (cf. www.leconomiste.com), de rester positif, sensibiliser les médias, et être présent dans tous les salons et les animer comme il se doit». Autrement, l’année 2011 va marquer les annales comme 2001 et les conséquences de la guerre du Golfe.
Sachant que déjà pour le seul mois de février, les statistiques «officielles» du département Zenagui font état d’une baisse de 4% des nuitées dans les établissements d’hébergement touristique classés par rapport au même mois de l’année précédente. Dans l’ordre, l’Observatoire du tourisme note que les catégories d’hôtels classés 3, 4 et 5 étoiles cumulent 80% des nuitées totales enregistrées à Fès. Ces catégories d’hôtels affichent des résultats contrastés, en termes de nuitées et en comparaison avec celles enregistrées en février 2010 (-9% pour les 3 étoiles, +57% pour les 4 étoiles et - 42% pour les 5 étoiles).
Quant au taux d’occupation des chambres, il connaît une stabilité par rapport à la même période de l’année précédente. Il s’établit à 31%. Au cours des deux premiers mois de l’année, ce taux a gagné un point par rapport à la même période de l’année précédente. De fait, la baisse des nuitées s’explique par les résultats négatifs enregistrés par les touristes résidents, dont les nuitées ont connu une baisse de 9%, mais également par le recul des nuitées des touristes non-résidents (-2%). Toutefois, la stabilité des nuitées en janvier-février 2011 s’explique principalement par la hausse des nuitées des touristes résidents (+1%). Celles des non-résidents ont enregistré une baisse de 1 %. A cet égard, la France, principal client de la ville, affiche une baisse (-21%) au niveau de ses nuitées. Les autres principaux marchés émetteurs ont, par contre, affiché de bonnes performances: +44% pour l’Italie, +26% pour le Japon et +16% pour le Royaume-Uni.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc