×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Festival réussi pour le cinéma d’auteur

Par L'Economiste | Edition N°:2340 Le 15/08/2006 | Partager

. Un public nombreux dans les salles. Un festival autonome dès l’an prochainDans l’ombre du festival de Rabat, celui du film d’auteurs, organisé pourtant depuis 7 ans en marge de ce dernier, passe presque inaperçu. Et pour cause, pas de tapis rouge, pas de strass et pas de stars hollywoodiennes. Au programme du cinéma, d’auteur qui plus est, ce n’est certes pas très vendeur. L’ambition de ce festival est d’ailleurs de promouvoir un cinéma «non-marchand». Pourtant, le public était bien au rendez-vous dans les salles, du 24 juillet au 2 août. Au total 56.000 cinéphiles ont assisté à la projection de quelque 90 films. Les bobines des 4 sites de la capitale mobilisés pour l’occasion, le cinéma 7e art, le cinéma Royal, le théâtre Mohammed V et le complexe Agdal, ont déroulé des pellicules de tous horizons au cours de cette édition 2006. Du Moyen-Orient à l’Amérique latine en passant par l’Europe et le Maghreb, la diversité a été le maître mot de la sélection officielle. Avant de remettre le Prix Hassan II au réalisateur belge Ivan Le Moine pour son film «Vendredi ou un autre jour», l’actrice égyptienne Boussy, présidente du jury, n’a pas manqué d’exprimer sa tristesse et celle des cinéastes arabes face «aux bombardements et aux massacres israéliens au Liban et en Palestine». Dans ce contexte, elle a rappelé que l’art est l’un des moyens à travers lesquels « nous défendons nos patries, notre identité, et la vie de nos enfants». Côté marocain, deux réalisateurs ont été primés. Abdelouahed Boujnane a obtenu le prix «Espoir» tandis que la Mention spéciale du jury a été décernée à Daoud Oulad Sayed pour son film «Tarfaya».Le rideau à peine tombé sur l’édition 2006 que les organisateurs se tournent déjà vers l’an prochain avec pour objectif de faire encore mieux que cette année. Pour donner à cet événement l’écho médiatique qu’il mérite, le directeur du festival, Hammadi Gueroum, a annoncé mercredi, lors de la cérémonie de clôture au théâtre Mohammed V, que le festival international du film d’auteur de Rabat volerait de ses propres ailes dès la prochaine édition. Les deux manifestations culturelles de la capitale seront dissociées de façon à ce que le festival du cinéma puisse se tenir durant la dernière semaine de juin, soit quelques semaines avant le début des festivités rbaties. Cette autonomie devrait par ailleurs permettre au festival d’intégrer le circuit des rendez-vous cinématographiques internationaux.


Cinéma d’auteur: kezako ?

Ce qui n’est pas considéré comme du cinéma «commercial» a pour habitude d’être qualifié de «film d’auteur». Ce qui distingue l’un de l’autre, c’est le peu de moyens dont dispose le second, combiné à l’ambition affichée du premier à vouloir séduire le plus large public. Techniquement parlant, un film d’auteur est celui sur lequel le réalisateur a une maîtrise totale, du scénario au montage, ce qui lui vaut d’être l’auteur d’une œuvre plus que le réalisateur d’un film. Selwa BARGACH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc