×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès/Electricité: Les prévisions de la RADEEF

Par L'Economiste | Edition N°:2309 Le 30/06/2006 | Partager

. Des mesures pour encourager les investissements Bonne nouvelle pour les opérateurs économiques. La Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de Fès (RADEEF) s’engage à fournir l’eau et l’électricité en abondance. De fait, d’importants projets portant sur l’amélioration de l’infrastructure alimentation en énergie et assainissement liquide sont en cours. «L’objectif est de satisfaire les besoins de la ville de Fès à court, moyen et long termes», indique Ali Benazouz, directeur de la Régie. Et d’affirmer aussi que l’infrastructure existante permet de répondre aux besoins en électricité jusqu’à l’horizon 2025 et en eau potable jusqu’en 2015 pour l’ensemble des quartiers et notamment les zones industrielles. «Ces garanties devraient encourager l’investissement», est-il indiqué. Par ailleurs, afin d’améliorer et de sécuriser la distribution du courant électrique tout en répondant à l’accroissement rapide de la demande, d’énormes projets ont été réalisés. Il s’agit notamment de la mise en service d’un 3e transformateur pour le poste Fès-sud. La Régie a procédé également au renouvellement des feeders 20KV au poste Fès-Amont et la reconversion en B2 (220/380 volts) du réseau B1(127/220 volts) existant. Cette reconversion permet la normalisation de la distribution à des tensions standard, et garantit le fonctionnement de la majorité des appareils électriques (domestiques, industriels) se trouvant dans le marché. Elle assure aussi la réduction des pertes techniques sur le réseau BT et l’amélioration de la qualité de la desserte, ce qui permet à la Régie de bénéficier d’une meilleure distribution et aux clients d’une meilleure alimentation jusqu’en 2009. Des clients estimés à plus de 40.000 entre 2000 et 2005. D’autre part, la Régie veut installer un BCC (Bureau Central de Conduite) qui permettra de télécommander à distance le réseau avec gestion des signalisations. «Le BCC facilitera les interventions sur le réseau moyenne tension, réduira la durée des coupures, améliorera la fiabilité et la continuité de service et optimisera la gestion des moyens humains et techniques», explique Benazouz. Et d’ajouter que le rendement du réseau de distribution d’électricité atteint 95,05%. «C»est le meilleur rendement à l’échelle nationale». Pour ce qui est de l’eau potable, Fès ne connaît pas de coupure d’eau. Elle est alimentée à partir des eaux traitées de l’Oued Sebou et des forages de la nappe de Saïss. Ces eaux sont étudiées par un laboratoire d’analyses; lequel juge que l’eau de Fès est de bonne qualité. Elle répond aux normes marocaines en vigueur. C’est ce qui justifie d’ailleurs un rendement commercial du réseau de distribution d’eau potable de 57,02% en 2005, soit une progression de 2 points par rapport à 2004. Et pour assurer une meilleure gestion des ressources en eau dans dix ans, la Régie a établi un programme d’investissement bien ficelé. Programme qui prévoit l’actualisation du plan directeur de distribution d’eau potable pour l’horizon 2025, la sécurisation de l’alimentation en eau potable par l’amélioration de la capacité de stockage (construction de 5 réservoirs permettant de passer d’une autonomie de distribution de 105.500 à 141 500 m3). L’amélioration de la performance du réseau d’eau potable ainsi que la pérennisation des infrastructures existantes sont un projet financé par l’AFD (Agence française de développement) pour un montant de 10 millions d’euros.


Assainissement liquide

LE programme de travaux issu du Plan directeur d’assainissement de Fès - financé par un prêt de la Banque mondiale et de l’Agence française de développement et la RADEEF- a été totalement réalisé. Ce programme a porté sur la rénovation des collecteurs principaux et réseaux secondaires et tertiaires, la réhabilitation et curage des oueds égouts de la Médina et l’extension du réseau aux secteurs de développement urbanistique de la ville. Le prétraitement des eaux usées a été aussi à l’ordre du jour. Le coût global de ce chantier est de 400 millions de DH. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc