×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fès: Un substitut du procureur écroué pour corruption

Par L'Economiste | Edition N°:1585 Le 22/08/2003 | Partager

. Il a été suspendu de ses fonctions pendant deux ans, avant d'être arrêté . En mai dernier, l'affaire a refait surface et le jugement a eu lieu lundi dernierLa Cour d'appel de Fès a condamné, lundi dernier tôt dans la matinée, un ancien substitut du procureur du Roi près le tribunal de première instance, à un an de prison ferme et une amende de 1.000 DH. Abdelaziz Zouhri, le mis en cause, n'a que 36 ans. En effet, Zouhri a été poursuivi pour corruption. Son affaire remonte à août 2001. Epoque à laquelle une Marocaine établie en Hollande voulait faire intervenir Zouhri dans une affaire judiciaire. La dame ne voyait pas son dossier avancer. Pour sa part, l'inculpé n'a pas hésité à lui demander 20.000 DH. La femme a alors contacté le ministère de la Justice en introduisant une accusation de corruption à l'encontre du substitut du procureur du Roi et en précisant la date et le lieu de livraison du montant. Une copie des billets de banque (20.000 DH) versés à Zouhri, a été adressée au ministère de la Justice. Lequel a désigné, immédiatement, une commission composée du procureur général, du chef du SRPJ (service régional de la police judiciaire à Fès) et d'un inspecteur du ministère des Finances. Cette commission a été chargée de l'arrestation de Zouhri. Sortant du domicile de sa cliente en possession des 20.000 DH, le substitut a été pris en flagrant délit puis relâché. Le Conseil supérieur de la magistrature l'avait juste radié de la fonction fin 2001. Et ce n'est qu'en mai dernier, dans le cadre de la campagne d'assainissement lancée par le ministère de la Justice, que la police a procédé à l'arrestation de Zouhri pour la même affaire. Pour son avocat, Abdelkhalek El Kadi, ce dossier est importun. «Certes, mon client est coupable, mais arrêté après deux ans… La Cour d'appel a eu, certainement, des instructions de Rabat et finalement, le procès n'aurait pas dû avoir lieu à Fès ni être arbitré par des juges de la même ville«, indique-t-il.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc