×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: Sit-in au marché de gros

Par L'Economiste | Edition N°:1429 Le 03/01/2003 | Partager

. Les commerçants demandent plus de contrôle de qualité . Ils souhaitent aussi le renforcement des mesures de sécurité Les exploitants des frigos et les commerçants du marché de gros et de la criée au quartier Bensouda ont observé un sit-in de 2 heures mardi dernier. Motif de leur manifestation: «marginalisation de la profession, absence de sécurité au sein du marché, inexistence des moyens de transport et coupures répétitives d'électricité«, indiquent-ils. Sur place, certains commerçants de fruits soulèvent le problème de contrôle de qualité qui n'est pas toujours conforme. Pour eux, il faut lancer une campagne d'assainissement qui doit d'abord commencer en dehors du marché de gros, en interdisant les entrepôts extérieurs. Ces derniers ne payent pas la taxe de 5,5% sur le tonnage et les autres droits du marché de gros. «On ne peut plus résister à cette concurrence déloyale«, indique Hamid Louale, président de l'Association professionnelle des commerçants du marché de gros. Et d'ajouter: «la criée emploie plus de 400 personnes. Ces emplois sont en danger car les promoteurs dans le marché de gros peuvent procéder à des désinvestissements«. Les promoteurs dans ce marché payent 2.000 DH par camion et 7% du chiffre d'affaires comme taxes.Pour les clients, les prix plus élevés et l'absence de moyens de transport n'encouragent pas à s'approvisionner du marché de gros. «Pour y accéder, on doit prendre un petit taxi à 40 DH«, râlent-ils. La seule ligne de bus qui desservait le marché de gros n'existe plus. «Cette ligne a été supprimée car les passagers refusaient de payer le ticket«, indique un responsable à la commune urbaine. Rappelons que les grévistes ont déjà manifester pour les mêmes raisons en février dernier et prévoient d'autres mouvements. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc