×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès-PDRT: Les premiers hôtels finalisés

    Par L'Economiste | Edition N°:3505 Le 11/04/2011 | Partager
    Le Palais Médina & Spa inauguré incessamment
    Suivront, l’hôtel Barcelo les Almohades, Pagès, Etap-hotel…

    L’hôtel Palais Médina & Spa, dont l’ouverture est prévue incessamment, est situé à mi-chemin entre le centre-ville et l’ancienne médina. C’est une propriété de la filiale de Royal Air Maroc (RAM), la chaîne Atlas Hospitality Morocco

    LE Programme de développement régional touristique (PDRT) verra dans quelques jours l’une de ses plus belles concrétisations. Il s’agit, en effet, de l’hôtel Palais Médina & Spa dont l’ouverture est prévue incessamment. Fin prête, l’unité est située à mi-chemin entre le centre-ville et l’ancienne médina. C’est une propriété de la filiale de Royal Air Maroc (RAM), la chaîne Atlas Hospitality Morocco (AHM). Celle-ci a investi plus de 160 millions de DH pour la construction de son hôtel 5 étoiles, à Fès.
    Pour les congrès et séminaires d’entreprises, le forum Atlas Fès & Spa met à disposition une salle de réunion plénière pouvant accueillir jusqu’à 350 personnes, et deux salles de sous-commissions. L’hôtel est construit sur 18.000 m² couverts. En chantier depuis 2 ans, ce projet aura nécessité 200.000 jours de travail, 850 tonnes d’acier pour une construction anti-sismique, plus de 110.000 m3 de béton, 28.000 m² de cloisons, avec plus de 700 ouvriers en pointe lors de la réalisation. Il a généré la création de plus de 150 emplois, dont une majeure partie est issue de la ville. Son ouverture offrira à la destination une capacité additionnelle de 149 chambres et suites dont 80% avec vue sur la médina.
    L’autre projet qui est bien avancé est celui de l’hôtel Barcelo les Almohades Fès. Il s’agit d’un 4 étoiles que la Somed édifie sur la place de la Résistance. Son inauguration est prévue fin pour 2011. C’est la chaîne espagnole Barcelo qui sera chargée de sa gestion. Représentant un investissement de 110 millions de DH, la future unité hôtelière sera construite sur un site dit «stratégique». Situé en plein centre-ville, sur l’avenue Hassan II, cet hôtel jouit d’un double avantage: celui de faire partie à la fois de la ville contemporaine et de surplomber la médina. Selon ses promoteurs, le premier hôtel Barcelo à Fès aura une capacité de 130 chambres et comprendra notamment un restaurant de 150 couverts, une cafétéria, une piscine extérieure, un espace-convention de 650 m2 et des boutiques. D’une superficie totale de 3.000 m2, le futur hôtel sera également doté d’un Spa de 500 m2.
    L’autre projet d’envergure est celui du groupe portugais Pagès, lequel entend réaliser un quatre étoiles de 100 chambres sur le boulevard Chefchaouni. Pour sa part, le groupe Accor va renforcer sa présence dans la capitale spirituelle. Ainsi, outre Ibis et Sofitel Palais Jamaï, la chaîne française construira son «Etap Hôtel». «Destiné aux budgets économiques, cet hôtel sera le premier maillon d’une chaîne de 20 hôtels qui seront construits un peu partout au Maroc», est-il indiqué. Le nouvel établissement sera situé sur la route de Meknès. Il comprendra 120 chambres et sera réalisé dans un délai de 12 mois.
    Par ailleurs, au niveau de l’animation, la promotion et le transport aérien, la ville a fait de grands pas. En fait, grâce aux 106 rotations aériennes hebdomadaires, et aux actions promotionnelles menées par le Conseil régional du tourisme (CRT) et l’Office national marocain du tourisme (ONMT), la destination a dépassé en 2010 les 820.000 nuitées. De l’avis de ses dirigeants, Fès se positionne aujourd’hui comme une destination à deux vitesses. Elle a un produit qui ne progresse pas beaucoup. C’est celui des circuits des villes impériales, géré directement par les TO. Il y a aussi le city break culturel qui remporte beaucoup de succès auprès de la clientèle à fort pouvoir d’achat. L’on se souvient, à cet égard, que dans le PDRT, il y a trois segments. Le 1er, comprend les hôtels un peu éloignés de la médina qui reçoivent plutôt les clients des circuits de TO. Ensuite, le 2e, les hôtels surplombant la médina qui sont luxueux et ont une catégorie de touristes city break courts séjours qui ne veulent pas dormir dans un riad ou une maison d’hôtes. Reste le 3e segment, constitué par les touristes qui logent dans la médina dans les riads et maisons d’hôte et chez l’habitant. Et depuis 2008, les segments 2 et 3 se développent de plus en plus.


    Retard


    La réalisation des nouvelles zones touristiques d’Oued Fès et Ouislane a pris énormément de retard. Rien que pour la première, faut-il rappeler que 2007 était l’année de démarrage du projet qui prévoit 2.250 lits supplémentaires et s’inscrit dans le cadre du PDRT? Les responsables de MedZ, la filiale de la CDG qui développe cette zone, avaient promis sa livraison en 2010. Or, cette livraison est reportée à une date ultérieure. Le retard serait dû aux contraintes du site mais aussi au plan du projet qui a été revu dans l’esprit de doter cette zone de plus d’espaces verts.
    Ici, le golf urbain est fin prêt. Mais aucun des trois grands hôtels n’est sorti de terre à ce jour. Nécessitant une enveloppe de 682 millions de DH, entre l’aménagement et la construction du golf, la zone touristique Oued Fès devrait drainer un investissement estimé à près de 3 milliards de DH pour la construction des hôtels et des complexes résidentiels.


    De notre correspondant,
    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc