×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: Le complexe sportif ouvre en septembre

Par L'Economiste | Edition N°:2202 Le 27/01/2006 | Partager

. L’approvisionnement en eau «en partie» assuré Le complexe sportif de Fès ouvrira ses portes en septembre prochain. «Le terrain est en train de faire peau neuve», indique Abdelkader El Ajli, directeur du complexe. A cet effet, une enveloppe de 12 millions de DH lui est allouée. Un montant qui fera renaître un complexe qui allait tomber en ruine avant même d’avoir été opérationnel. Rappelons que ce complexe avait coûté plus de 350 millions de DH mais aucun budget d’entretien ne lui avait été réservé. A tel point que le terrain de jeu ressemblait, en 2004, à un champ de bataille faute d’arrosage (cf. www.leconomiste.com). Et ses équipements présentaient des signes de détérioration sans jamais avoir fonctionné. Aujourd’hui, la situation s’est améliorée mais beaucoup reste à faire. En fait, le montant alloué à l’édifice consacre 10 millions de DH à l’équipement. Une opération qui comprend notamment la restauration des murs fissurés, le changement des portes délabrées et vitres cassées. La grande partie du budget ira à la pelouse. Cette dernière avait subi une nette détérioration due au problème d’approvisionnement en eau qui vient d’être en partie réglé. Des canalisations qui ont coûté près de 1,2 million de DH permettent de conduire l’eau de la commune de Aïn Beda (à 6 km vers la route de Sefrou) jusqu’au complexe. Selon El Ajli, la conduite d’eau dessert aussi le camping international avec ses deux piscines. On dit même que cette conduite approvisionnera prochainement le futur CHU Hassan II. Face à cette nouvelle donne, El Ajli ne cache pas son mécontentement. Pour lui, le complexe, d’une superficie de 40 hectares, a besoin d’un débit supérieur à 4 litres/seconde rien que pour l’arrosage de la pelouse. Signalons qu’en 2002, le débit de la source de Aïn Beda était de 4 litres par seconde. A l’époque, on le jugeait suffisant pour l’arrosage d’un terrain de foot. Mais pour le deuxième terrain d’entraînement, jardins et vestiaires, il faut trouver une autre solution. D’autant plus que si le camping continue à pomper l’eau à mi-chemin, le débit parvenu au complexe ne sera que de 1,8 litre/seconde. «La commune de Fès, propriétaire du camping, doit absolument réfléchir à une solution adéquate avant l’installation de la pelouse en mars prochain. Autrement, tous les efforts déployés pour que le complexe retrouve vie n’auront servi à rien», explique El Ajli. Et d’ajouter qu’il serait bon que «le Conseil de la ville consacre une enveloppe annuelle pour le fonctionnement de l’infrastructure». Il s’agit notamment des charges fixes estimées à un million de DH. L’entretien de la pelouse coûtera, pour sa part, 800.000 DH par an.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc