×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Société

    Fès fête l’anniversaire de son fondateur

    Par L'Economiste | Edition N°:2639 Le 26/10/2007 | Partager

    . La manifestation coïncide avec le festival du Samaâ. Des milliers de visiteurs attendusLa zaouïa de Moulay Idriss II, premier lieu saint de Fès, est en fête. Depuis le 25 octobre, la ville célèbre le moussem culturel et religieux de Moulay Idriss. Moussem qui draine des milliers de visiteurs durant une semaine. Les festivités démarrent avec le changement de la tenture du tombeau. Plusieurs adeptes affluent pour se recueillir et assister à cette cérémonie séculaire. Les chorfas idrissides reçoivent à cette occasion plusieurs offrandes. Jeudi, tôt dans la matinée, les responsables de la ville se sont donné rendez-vous au mausolée. Ils étaient accompagnés du chambellan de SM le Roi qui a remis un don royal aux descendants de Moulay Idriss Ben Driss. Pendant ce temps, toute la médina a vibré au rythme des versets coraniques alors que la foule se bouscule devant la tombe du défunt. Des cierges sont allumés et certains fidèles tentent d’arracher un morceau de la vieille couverture du tombeau. La légende dit «que celle-ci porte chance à son propriétaire». Des voyantes et fqihs tentent aussi d’avoir leur part du tissu, dont ils se serviront pour confectionner des talismans. En fait, c’est une véritable frénésie qui règne autour du saint homme. Donnant une dimension encore plus grande à l’aura du fondateur de la ville de Fès. Par ailleurs, le festival du Samaâ et du Madih est lancé. Il se déroule sur deux jours, jusqu’au 28 octobre. Cette manifestation est une occasion pour faire redécouvrir un art éclectique et un ensemble de chants religieux interprétés par des troupes artistiques prestigieuses. Il s’agit aussi, selon Aziz El Filali, président de l’arrondissement Fès-Médina, de participer à la sauvegarde et la réhabilitation de ce patrimoine culturel. L’objectif, aussi, est de relancer l’animation artistique et socioéconomique dans la ville. Initiée sous le thème «Evaluer une expérience et tracer une ligne de conduite», cette manifestation connaîtra pour la première fois la participation de l’ensemble des Chants religieux des Iles Comores. Y participent également les groupes de la zaouïa des Darkaoua relevant des provinces du sud du Royaume, l’association Safwat Al Mouhibine de Rabat, l’ensemble des Madihines de Casablanca et de Salé, l’ensemble d’Al Boussiri et d’Al Fadiliya de Taza et Oujda, ainsi que l’association Al Imam Al Boussiri de Fès.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc