×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Fès : Dix ans de prison ferme pour un “Salafiste”

Par L'Economiste | Edition N°:1608 Le 24/09/2003 | Partager

. Al Moujahidi était déjà en prison au moment des attentats pour une autre affaire. Son dossier a été repris avec de nouveaux chefs d'accusationC'est lors d'une séance publique que la Cour d'appel de Fès a condamné, lundi dernier, Abdelali Al Moujahidi, à 10 ans de prison ferme. Le jugement est tombé après 4 reports. “Pourquoi Al Moujahidi a été présenté à Rabat devant le juge d'instruction alors qu'il était déjà jugé au mois de mars pour une autre affaire? Et pourquoi il n'a pas été jugé à Rabat?”, s'interroge son avocat Me Abderrahime Ababou. Ce dernier a déclaré devant le juge que le rapport de son client est une copie d'un autre rapport qui n'a rien à voir avec Al Moujahidi. “Je suis prêt à le dire devant le juge à Rabat”, souligne Ababou. Et d'ajouter: “Il est possible qu'Al Moujahidi reconnaisse quelques visages des recherchés lors de leur diffusion à la télévision et qu'il y en a parmi eux ceux qui venaient souvent à Moulay Yacoub (lieu de résidence de l'accusé). Mais il n'a jamais préparé avec aucun d'entre eux un acte criminel”. “Est-ce qu'il sera jugé parce qu'il a abrité un certain Maataoui chez lui? Inviter quelqu'un n'est pas un crime à mon sens”, explique encore l'avocat. De son côté, Al Moujahidi affirmait jusqu'à la dernière minute avant l'annonce du verdict qu'il n'avait aucun rapport avec Al Maataoui, alias Souinaas (www.leconomiste.com) et qu'il ne savait rien des attentats du 16 mai. “Ma rencontre avec Al Maataoui était un mauvais hasard qui m'a coûté la prison”, affirme Al Moujahidi. Ce dernier reconnaît avoir transporté sur sa moto le dangereux Salafiste Al Maataoui qui faisait de l'auto-stop. Et que leur relation s'était limitée à cette rencontre. Après plus d'une heure de délibérations, le verdict est tombé. L'accusé a été condamné pour constitution d'une association de malfaiteurs, atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat, agression d'un agent de l'ordre à l'arme blanche, participation à des réunions non autorisées et exercice d'activités au sein d'une association non reconnue. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc