×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Fès: Des toits pour les démunis

Par L'Economiste | Edition N°:2408 Le 24/11/2006 | Partager

. Des appartements et une nouvelle vie pour 202 ménages. Le programme de mise à niveau urbaine se poursuit. Près de 7.000 bâtisses menacent ruine Fatéma Hammou, une jeune femme, la trentaine, un enfant sur les bras, un autre sur le dos, et certainement d’autres plus âgés, est heureuse. Elle et sa famille vont pouvoir habiter dans un logement décent. Son ancienne demeure a été jugée, après plusieurs semaines d’attente, «menaçant ruine» par la commission technique de l’Habitat. Et, le 17 novembre, Fatéma a enfin reçu les clés de son nouvel appartement. C’est le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Taoufiq Hejira, qui les lui a remis personnellement au siège de l’ex-préfecture de Fès-Médina. Comme les 201 autres ménages, la famille Hammou a accédé finalement à un nouveau logement salubre. Elle quitte ainsi une vieille bâtisse en médina vers un logement flambant neuf à Bab Ftouh. «Je ne dormais pas la nuit. Tous les jours, je craignais que le toit ne nous tombe sur la tête. Fini donc ce cauchemar et toutes ces années de souffrance», confie la mère de famille. D’ailleurs, la joie est à son comble. Heureux tous ces chefs de ménages venus récupérer le titre foncier de leurs nouvelles demeures. Youyous, rires et applaudissements, chacun d’entre eux exprime son bonheur à sa manière. Parmi les bénéficiaires, figure aussi Naïma Tarik, la quarantaine, abandonnée par son mari depuis une décennie. Avec ses trois enfants, elle voit enfin le bout du tunnel. Celle-ci habitait, jusqu’à maintenant, dans une petite chambre de 10 m2 à Fès-Jdid sans toilettes, ni cuisine. Dans son immeuble, une dizaine de familles vivent dans les mêmes conditions. Certaines chambres abritent deux foyers à la fois. L’un y passe la nuit et l’autre le jour. A noter que chaque abri est loué à 300 DH le mois. Un montant élevé eu égard aux conditions de vie et des risques quotidiens d’effondrement. Mais ces familles n’avaient d’autres choix que de prier pour que leur vie soit épargnée. Malgré les nombreux avis d’évacuation, ils n’avaient nulle part où aller. Aujourd’hui, c’est pratiquement régler pour Naïma. Celle-ci a été intégrée dans un processus d’acquisition. Pour le même prix, elle a pu bénéficier d’un logement au quartier Ennassim. Elle dispose aujourd’hui d’un appartement de 68 m2 avec 2 chambres, salon, salle de bains, cuisine et terrasse. Un vrai tournant pour Naïma et ses enfants. Ainsi, le programme de mise à niveau urbaine et de lutte contre l’habitat insalubre, présenté au Souverain en décembre 2004, se poursuit.  «Aujourd’hui, des centaines de personnes ont reçu les clés de leurs nouveaux appartements. Les autres sont inscrits dans d’autres programmes», indique Hejira. Et d’ajouter que le prix de cession des nouveaux appartements, situés à Sahrij Gnaoua et Bensouda, et cédés par location-vente, varie entre 43.000 et 120.000 DH. Le montant moyen des mensualités est de 300 DH sur une durée de 25 ans sans intérêts. Le ministre souligne, par ailleurs, que depuis le lancement de ce programme, 599 ménages ont été relogés. 390 d’entre eux proviennent du tissu ancien. Le reste vivait dans un habitat sous-intégré (type bidonvilles). A noter que l’habitat menaçant ruine est la forme la plus dangereuse de l’habitat insalubre. Elle touche notamment le tissu ancien en médina et à Fès-Jdid pour 2.000 bâtisses, soient 6.200 ménages. S’agissant de l’habitat non réglementaire dans la zone nord et Jnanate, on dénombre quelque 5.000 baraques, abritant environ 25.000 ménages. Face à cette situation et suite aux effondrements répétés qu’a connus la ville de Fès, l’Etat, à travers le ministère délégué chargé de l’habitat et de l’urbanisme, en partenariat avec les autorités locales et les élus, a mis en place, depuis 2003, une stratégie visant à cerner cette problématique.Cette stratégie porte notamment sur l’intervention directe sur les sites concernés (identification, expertise, travaux de confortement et d’aménagement extérieur) pour un montant de 224 millions de DH, dont 121 millions sont subventionnés. Cette subvention est répartie comme suit, 62 millions de DH pour le tissu ancien (intra-muros) et 59 millions de DH pour l’habitat non réglementaire (zone nord et Jnanate). L’Etat a procédé également à l’acquisition d’un parc logements de 1.019 appartements pour un montant de plus de 100 millions de DH. L’attribution desdits appartements est assurée par une commission locale composée des membres de la wilaya, de la municipalité et de la direction régionale de l’habitat de Fès. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc