×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: Déficits d’espaces verts

Par L'Economiste | Edition N°:2343 Le 18/08/2006 | Partager

. 4m2 d’espace vert seulement par habitant . Jardins mythiques en état de délabrement avancéEn ce mois de grande chaleur, les habitants de Fès, en quête de fraîcheur et de moments de détente, se donnent souvent rendez-vous dans des espaces publics de la ville de plus en plus restreints et de moins en moins verts. Ils sont contraints, avec l’accroissement de la population et l’extension exponentielle du tissu urbain de se contenter d’espaces verts qui ne dépassent pas 4 m2 par habitant. Ce ratio est très faible en comparaison avec le standard international en vigueur qui varie entre 10 et 15 m2 par habitant, indique Az Al Arabe Al Ainani, directeur de l’Inspection régionale de Fès-Boulmane relevant du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement, lors d’une rencontre sur l’environnement. «Eu égard au caractère rural de la majorité des centres urbains de la région, Fès est la seule ville qui connaît une telle insuffisance en espaces verts publics ouverts dans ses différents quartiers.Certains en sont même cruellement dépourvus», ajoute-t-il De son côté Abdelhay Raiss, président du Forum régional des initiatives environnementales souligne que pour le million d’habitants que compte la ville, il faut près de 10 millions de m2 d’espaces verts, selon les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. «Nous disposons de près de 4 millions de m2 d’espaces verts d’après les derniers chiffres, mais il nous en faut 6 millions pour vivre normalement. Il y a eu certes des efforts qui ont été consentis depuis quelques années, notamment en matière de plantation d’arbres d’alignement, mais cela reste insuffisant et limité à certaines zones alors qu’il existe des jardins et des espaces à l’abandon qui attendent d’être réhabilités depuis de longues années», indique-t-il. Souffrant d’un laisser–aller flagrant, les rares jardins et espaces, dont dispose la ville tel Jnane Sbil et Jardin Lala Amina sont mal entretenus et sont souvent squattés par les enfants des rues, les fous et les mendiants. Certains espaces sont même transformés en dépotoirs alors que les habitants se plaignent de façon récurrente, de ne pas disposer de suffisamment d’espaces verts publics dans leur quartier.Bouchra Bahiji, journaliste et productrice de l’émission «Environnement et société» à la radio locale de Fès estime que l’entretien et la survie de ces espaces ne dépendent pas seulement des politiques. La responsabilité de cette situation est partagée entre les autorités de la ville et ses habitants parce que l’espace public appartient à tout le monde. «La notion d’espace vert n’est pas ancrée dans les mentalités marocaines alors que c’est important, aujourd’hui, avec le stress de pouvoir se détendre dans un espace vert. C’est une donnée essentielle de la vie que nos grands-parents et nos ancêtres respectaient dans leur environnement et c’est pour cette raison qu’ils ont construit des jardins et des espaces mythiques. Un patrimoine envahi aujourd’hui par les ordures et les sacs en plastique et que nous n’avons pas su protéger», souligne-t-elle.Face à la dégradation très avancée des espaces publics de la ville, l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme pluriannuel de réalisation d’espaces verts publics de proximité s’impose d’urgence, souligne-t-on.Le Forum régional des initiatives environnementales ainsi que d’autres associations actives dans le domaine environnemental proposent l’évaluation des besoins dans chaque quartier, l’extension et la réhabilitation des espaces verts dans la ville ainsi que la relance du projet de ceinture verte pour permettre au million d’âmes que compte Fès de mieux respirer …Rachida BAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc