×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: 2 milliards de DH pour des projets municipaux

Par L'Economiste | Edition N°:2276 Le 16/05/2006 | Partager

. Théâtre municipal, palais des congrès et plage en projet. Une convention avec l’Erac apporte 730 millions de DH aux caisses de la ville TROIS ans après les élections, le conseil de la ville dévoile les résultats d’un mi-mandat. «Des résultats qui sont très positifs vu les difficultés rencontrées au départ», souligne Hamid Chabat, maire de la ville. Et d’ajouter que son programme pour les années passées s’était focalisé sur trois principaux axes, à savoir: le règlement des arriérés, l’activation des projets d’investissement et le lancement des travaux d’études et de réalisations.En effet, dès son élection à la tête du Conseil de la ville, Chabat avait promis de résoudre tous les problèmes dont souffrait la ville, notamment ceux relatifs au complexe culturel Al Houria, au champ de course, au jardin de Jnane Sbill ou encore la salle couverte omnisports. Des projets non achevés depuis des années alors que des budgets leur avaient été affectés. Aujourd’hui, c’est le satisfecit général: tous les chantiers sont achevés. Ainsi, Fès a résolu tous ses problèmes et jouit du regain de confiance des investisseurs. Elle affiche aussi une ambition: devenir une destination touristique à part entière et de qualité. C’est donc un véritable challenge pour les pouvoirs publics et les autorités. Pour 2006, 2007 et 2008, le programme de la municipalité vise des projets d’envergure. «Des projets qui renforceront les équipements de base et de loisirs et redonneront à Fès le rayonnement qu’elle mérite», explique Chabat. Et d’ajouter: «nous avons programmé des projets avec un investissement de près de 2 milliards de DH, dont la moitié sera affectée aux infrastructures et le reste aux différents équipements prévus sur le champ de course et Oued Fès».Lancé en avril, le chantier relatif à la réfection des routes et voiries des avenues, des rues et des ruelles est un premier pas dans cette vaste mise à niveau urbaine. Il nécessitera près de 200 millions de DH, y compris le projet de l’avenue Hassan II en ville nouvelle. Et en médina, la mairie inaugurera bientôt la maison des relations internationales. Jouxtant l’hôtel Palais Jamaï, ce lieu de rencontre et d’échange sera dédié à toutes les villes jumelées avec Fès. Parallèlement, le projet du triangle d’or concernant Moulay Idriss, Qarawiyine et Sidi Ahmed Tijani, initié par le holding Al Omrane et la ville, avance à grand pas. Et au niveau de la mosquée Al Qarawiyine, (la prière est suspendue) tout sera mis à neuf. Ici, c’est le ministère des Habous qui supervise les travaux qui dureront près d’un an et demi. Pour ce qui est de la réhabilitation des maisons menaçant ruine, l’Ader-Fès a préparé ses plans d’intervention. Et le ministère de l’Intérieur devra débloquer incessamment une enveloppe de 160 millions de DH pour entamer la consolidation des vieilles bâtisses. D’autre part, la ville lancera en juillet prochain la construction d’un théâtre municipal de 2.000 places ainsi qu’un palais des congrès. L’aménagement d’une plage à oued Fès avec une corniche de 2 km et la réalisation d’un nouveau siège pour la mairie figurent également au programme. Sans oublier des salles couvertes et des maisons des jeunes dans chaque arrondissement. Un autre projet-phare concerne l’aménagement de l’entrée de la ville, à la sortie de l’autoroute jusqu’à la route d’Imouzzer. L’étude de ce projet a été confiée à la CDG, un partenaire privilégié de la région Fès-Boulemane.Pour le financement des projets, les élus mobilisent l’immobilier sur tous les terrains municipaux. A elle seule, la maîtrise d’ouvrage déléguée à l’Erac du centre-nord en ce qui concerne le projet du «champ de course», devrait alimenter les caisses de la commune d’un montant global de l’ordre de 730 millions de DH. Autres recettes, la vente des terrains viabilisés du lotissement Aïn El Baraka qui a rapporté 200 millions de DH et celle des terrains d’Oued Fès, 600 millions de DH. Sans oublier l’apport du Fonds économique communal d’un montant de 300 millions de DH.Fès est donc sur la bonne voie. Le retour des investisseurs privés est aussi un bon signe de décollage. Le Conseil de la ville a rétrocédé un terrain de 15 ha à un opérateur privé pour la réalisation de la foire internationale pour un coût de 20 millions de DH. L’Académie internationale de tennis d’Henri Leconte (www.leconomiste.com), un des premiers projets lancés en 2006 sera inaugurée le 20 mai prochain. Enfin, le maire et le wali se disent prêts à accueillir tous les investisseurs sur un tapis rouge. «Nous allons leur offrir toute l’aide possible. Essayez-nous!», conclut Chabat.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc