×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

FCP: Le marché toujours dynamique

Par L'Economiste | Edition N°:3371 Le 28/09/2010 | Partager

. BMCE Capital Gestion lance deux nouveaux fonds. Les prévisions de rendement pour 2010DEUX fonds obligataires se sont rajoutés à la longue série des FCP: Les fonds FCP Capital Plus et FCP Capital Sérénité ont été créés à l’initiative de BMCE Capital Gestion pour répondre à un besoin des investisseurs. BMCE Capital Gestion gèrera désormais 24 OPCVM. Ces fonds sont dans la continuité de l’offre proposée actuellement sur le marché qui reste confinée principalement dans des produits classiques. Ces deux fonds appartiennent à la catégorie «Obligations moyen et long terme» avec une durée de vie de 99 ans. Cependant, alors que le FCP Capital Plus est un fonds grand public et offre la possibilité d’investir un maximum de 10% de son actif en action, le FCP Capital Sérénité est un fonds dédié, créé à l’initiative d’un investisseur institutionnel, qui a pour objectif d’investir principalement en titres de créances émis ou garantis par l’Etat. Ces deux fonds présentent les mêmes fourchettes de sensibilité comprises entre 1,1 et 5,1 mais n’offrent pas de garantie en capital à l’échéance. La durée de placement recommandée est de 1 an minimum pour le premier et de 2 ans minimum pour le second. Cet engouement des investisseurs, qu’ils soient institutionnels ou privés, s’explique par le régime fiscal privilégié des OPCVM. En effet, les sicav et FCP bénéficient de la transparence fiscale, puisque la loi a prévu une exonération à leur niveau. Par contre, la fiscalité s’appliquera aux revenus et plus-values au moment de leur distribution ou de leur réalisation au niveau des porteurs de parts. En d’autres termes, le détenteur d’une action de sicav se trouve, du point de vue fiscal, strictement dans la même situation que s’il détenait en direct un portefeuille d’actions ou d’obligations mais avec un régime fiscal de faveur. Ainsi, pour les particuliers résidents, le taux de l’impôt est fixé à 20% des profits nets résultant des rachats de FCP. Il est prélevé par les intermédiaires financiers habilités teneurs de comptes titres par voie de retenue à la source et est libératoire de l’impôt sur le revenu. Pour les personnes morales résidentes c’est le régime de l’IS en vigueur qui s’applique. Cependant, les performances affichées par les OPCVM Obligations moyen et long terme à septembre 2010 restent à surveiller dans un contexte de hausse des taux d’intérêt des bons du Trésor. Ainsi, au 17 septembre dernier, le rendement moyen affiché par ces obligations est de 2,36% et reste largement inférieur à celles de la même période en 2009. Selon une source proche du marché, «une stabilité des taux est à anticiper sur le dernier trimestre 2010. Pour 2011, la tendance pourrait être haussière de l’ordre de 20 à 30 points de base du fait de tensions actuelles sur les finances du Trésor qui aura à financer son déficit budgétaire». Cependant, deux évènements externes méritent d’être suivis car ils pourraient retarder la pression sur les taux d’intérêts : la cession des 8% de Maroc Telecom qui pourrait soulager les finances de l’Etat et les résultats de l’emprunt Eurobond.


184 milliards de DH d’actifs gérés

AVEC 294 OPCVM en 2009 dont 249 FCP et 45 sicav, le marché des OPCVM marocain continue à bien se porter avec un volume des actifs gérés qui s’élève à environ 184 milliards de dirhams(1) en progression de 14,6%. Par ailleurs, la part de l’actif net des OPCVM dans l’épargne nationale s’est accrue pour atteindre plus de 80% en 2009, contre 75,6% en 2008, tandis que son ratio par rapport au PIB est passé de 23,4% à 25%. L’accroissement de l’actif net a concerné l’ensemble des catégories d’OPCVM, à l’exception des fonds diversifiés. Les OPCVM obligations moyen et long terme au nombre de 117, en 2009, demeurent toujours prédominants avec 40% du capital.(1) Source: Rapport Bank Al-Maghrib – Exercice 2009.J. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc