×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Politique Internationale

    Faudel, le nouvel Elvis arabe, en concert à Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:506 Le 13/05/1999 | Partager

    · Avec sa grâce et son éternel sourire, Faudel saura séduire le public casablancais le 22 mai prochain
    · 250.000 exemplaires vendus pour l'album «Baïda»


    A peine plus de 20 ans, Faudel règne déjà sur les hit-parades. Le «nouvel Elvis arabe» est une appellation bien méritée pour le jeune Faudel. Le secret est qu'il arrive facilement à être aimé, à accrocher. Des chansons comme «Tellement je t'aime, je pense à toi», qui mêlent français et arabe sur des rythmes orientaux très modernes, ont indéniablement emporté l'adhésion du public aussi bien maghrébin que français.
    Véritable phénomène de la chanson «maghrébine», la nouvelle idole des jeunes doit son succès à son talent de chanteur «hors normes» et à un entourage familial et professionnel qui l'a aidé à réaliser son rêve de «gamin»: celui de devenir le premier chanteur de raï 100% français. En fait, c'était vers l'âge de huit ans que tout a commencé pour Faudel.
    Ses voyages fréquents en Algérie avec ses parents pour les vacances d'été lui ont permis de découvrir une «vocation plutôt familiale»: ses oncles et tantes sont musiciens. Sa grand-mère aussi est chanteuse de raï traditionnel. D'ailleurs, sa première sortie en public était lors du mariage de son cousin où il a chanté avec sa grand-mère. Son premier groupe musical, il l'a créé à l'âge de 12 ans. Et petit à petit, le jeune chanteur se fait connaître, apprécié et même plébiscité. Reste que le tremplin pour Faudel était sa participation au «Printemps de Bourges» en 1996.
    Toutefois, sa véritable consécration est la sortie de l'album «1,2,3... Soleil» avec les deux ténors du raï, Khaled et Rachid Taha, le 26 novembre 1998. Sa tournée tambour battant en France ainsi que le concert qu'il va donner le 22 mai à Casablanca confirment ce qu'on appelle désormais «le phénomène Faudel».
    A rappeler qu'en 1996 Faudel signe son premier contrat phonographique avec Sankara. L'album «Baïda», enregistré à Paris début 1997, rencontre un vif succès (250.000 exemplaires vendus) et une nomination aux victoires de la musique, marquant ainsi une étape supplémentaire de l'épopée raï.
    Avec sa grâce et son sourire qui ont le don de procurer un sentiment à la fois de joie et de déchaînement, Faudel va certainement envoûter le public casablancais le 22 mai.

    Hassan BOUCHACHIA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc