×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Fatna Gbouri expose à la galerie Passerelle

Par L'Economiste | Edition N°:2912 Le 01/12/2008 | Partager

. L’octogénaire présente une soixantaine d’œuvres à Casablanca . Elle a un riche parcours créatifL’artiste peintre Fatna Gbouri, âgée de 85 ans, expose à la galerie Passerelle à Casablanca jusqu’au 31 décembre, ce qui permettra au public de découvrir cette artiste au parcours atypique. Originaire de Tnine Gharbia, dans la province de Safi, elle a passé la majeure partie de sa vie à travailler dans les champs et à tisser des tapis. Issue d’un milieu paysan modeste, elle n’a jamais été à l’école et encore moins dans une école de peinture. Ce n’est qu’à l’âge de 59 ans, deux ans après la mort de son dernier mari, qu’elle commence à peindre, encouragée par son fils Ahmed Mjidaoui, lui-même professeur d’arts plastiques et artiste peintre. «Après le décès de mon père, elle était triste et solitaire. Quand je l’ai vu comme ça, je lui ai donné un plâtre, un pinceau et des gouaches et lui ai demandé de dessiner quelque chose. Elle a représenté une femme tissant un tapis. C’est une œuvre de toute beauté que je garde précieusement», nous confie-t-il. A partir de ce jour, Fatna Gbouri trouve sa voie, elle ne lâche plus le pinceau. Grâce à son art, elle s’épanouit et de nouveaux horizons s’ouvrent à elle. En 1986, c’est le Centre culturel français de Rabat qui abrite sa première exposition. Le succès est total, elle se fait connaître. Dès lors, elle enchaîne les expositions au Maroc et à l’étranger (Tanger, Safi, Casablanca, France, Allemagne, Portugal, Emirats arabes unis). Aujourd’hui, elle réside à Safi, et continue à peindre à raison de trois ou quatre heures par jour, malgré son âge avancé. Ses toiles se vendent à des prix variant entre 18.000 et 230.000 DH lors des séances de ventes aux enchères. L’exposition qu’elle présente actuellement comprend 46 tableaux, 8 céramiques et 4 tapis tissés industriellement d’après des œuvres de l’artiste. Fatna Gbouri fait de la peinture naïve. Spontanée et intuitive, elle ne respecte aucune règle prédéterminée et aucun sens des proportions. Elle utilise essentiellement des couleurs chaudes et vives, très fraîches, ce qui fait ressortir beaucoup de gaieté. Ses toiles représentent des scènes de la vie quotidienne (femmes en train de tisser, de coudre, de cuisiner...). Fatna Gbouri s’est mariée trois fois et a donné naissance à neuf enfants. Avec l’argent gagné par le biais de sa peinture, elle mène une vie confortable et aide financièrement sa famille. Nadia BELKHAYAT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc